La radio qui vous écoute !

Réveil-FM-International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

vendredi 9 décembre 2016

RDC: RSF et 86 organisations appellent à sanctionner de hauts responsables !

RSF et 86 organisations appellent à sanctionner de hauts responsables en RD Congo

L’Union européenne et les États-Unis devraient étendre les sanctions ciblées contre les personnes principalement responsables de la récente répression violente et d’autres violations graves des droits humains en République démocratique du Congo, a déclaré aujourd’hui une coalition de 72 organisations congolaises et 15 organisations internationales de défense des droits humains.

Dix jours avant le 19 décembre 2016, date butoir marquant la fin du second et dernier mandat du Président Joseph Kabila autorisé par la constitution, celui-ci n’a toujours pas pris d’engagement clair sur son retrait du pouvoir. Parallèlement, la répression du gouvernement contre les activistes pro-démocratie, l’opposition politique, les manifestants en grande partie pacifiques et les médias s’est intensifiée à une vitesse alarmante.

« L’imposition de sanctions ciblées contre de hauts responsables, en particulier avant le 19 décembre, pourrait aider à éloigner la RD Congo du bord du précipice et éviter une plus grande répression violente », a déclaré Me Georges Kapiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ). « Une telle action montrerait que les conséquences ne cesseront de s’accroître pour le gouvernement au fil des jours. »

Des dirigeants d’opposition et des activistes pro-démocratie ont appelé les Congolais à descendre dans les rues si le Président Kabila restait à son poste au-delà de son mandat. Les manifestations passées laissent penser que les forces de sécurité seront présentes, promptes à faire un usage excessif de la force, y compris létale. Il y a des risques que les dirigeants politiques mobilisent les dizaines de groupes armés actifs dans l’est de la RD Congo à des fins politiques ou que les forces de sécurité nerveuses du pays se brisent si Joseph Kabila s’appuyait sur la force pour rester au pouvoir. Cela laisse craindre que le pays puisse sombrer dans une plus grande répression ou dans une violence généralisée et le chaos, avec de possibles répercussions volatiles dans toute la région.

Les sanctions ciblées imposées précédemment par les États-Unis contre trois responsables des forces de sécurité sur le devant de la scène des violences contre les manifestants ont eu un effet dissuasif notable et ont ébranlé les personnes impliquées, ont expliqué les organisations. Les États-Unis devraient imposer des sanctions ciblées contre des représentants de plus haut niveau.

En octobre, les ministres des affaires étrangères de l'UE ont affirmé que l’Union européenne « utilisera tous les moyens à sa disposition » contre les individus responsables de graves violations des droits humains, qui incitent à la violence ou « feraient obstacle à une sortie de crise consensuelle, pacifique ». En novembre, le Parlement européen a adopté une résolution appelant l’Union européenne à infliger rapidement des sanctions ciblées. L’Union européenne doit examiner la situation prévalant en RD Congo et éventuellement adopter des sanctions ciblées lors de la prochaine réunion de son Conseil des affaires étrangères le 12 décembre.

Ces sanctions compteraient, entre autres, des interdictions de voyage, le gel des avoirs et le blocage des comptes bancaires et des transactions financières liés aux individus.

« Le Président Kabila et les fonctionnaires congolais doivent recevoir un message fort leur signalant que la violation des droits des Congolais coûte cher aux personnes responsables », a déclaré Ida Sawyer, chercheuse senior Afrique à Human Rights Watch. « Il est crucial pour la stabilité, l’État de droit et le respect des droits humains fondamentaux en RD Congo et dans l’ensemble de la région d’agir maintenant pour empêcher que la situation en RD Congo ne devienne incontrôlable. »

Signataires :

I. Organisations internationales

Agir Ensemble pour les Droits de l'Homme (AEDH)

Ecumenical Network Central Africa (OENZ)

The Enough Project

European Network for Central Africa (EurAc)

Fédération internationale de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (FIACAT)

Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

Global Centre for the Responsibility to Protect

Global Witness

Human Rights Watch

Never Again Coalition

PAX

Protection International

Reporters sans Frontières/Reporters Without Borders

Save the Congo

World Organisation Against Torture (OMCT)

II. Organisations congolaises

Action Chrétienne Contre la Torture (ACAT) – RDC

Action d’Aide aux Survivants de la Torture (AAST/Relève)

Action de Solidarité de Femmes pour la Femme et l’Enfant (ASOFFE)

Action pour la Bienveillance Humanitaire (AB/ Humanitaire)

Action pour la Justice et le Développement (AJD)

Action pour la Paix et la Protection de l'Enfant (APPE)

Action pour la Protection des Droits Humains et de Développement Communautaire (APDHUD)

Agir pour la Reconstruction de notre Espace et pour la Convivialité (AGIREC)

Agir Rapidement pour la Femme (ARF)

Association africaine de défense des droits de l’Homme (ASADHO)

Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ)

Association de défense des Droits de la Femme (ADDF)

Association des Femmes Juristes Congolaises (AFEJUCO)

Association des Femmes pour le Développement Communautaire (AFEMDECO)

Association des Femmes pour le Développement Endogène Mboko/Fizi (AFDEM)

Association des Jeunes pour la Protection de l’Environnement Fizi (AJPEF)

Association des Jeunes pour le Développement Intégral de Kalundu/Uvira (AJEDIK)

Association pour le Développement des Initiatives Paysannes (ASSODIP)

Association pour le Développement Intégral du Haut Plateau de Fizi (ADIPF)

Association pour les Droits Humanitaires (ADH)

Bureau de Promotion Socioculturelle (BUPSOC)

Centre de Promotion Socio-Sanitaire (CEPROSSAN)

Centre de Rééducation pour l’Enfance Délinquance et Défavorisée (CREDD)

Centre d'Observation des Droits de l'Homme et d'Assistance Sociale (CODHAS)

Centre Indépendant de Recherches et d’Études Stratégiques au Kivu (CIRESKI)

Centre International de Promotion et de Développement et des Droits de l'Homme (CEIPEDHO)

Cercle international pour la Défense des Droits de l’Homme, la Paix et l’Environnement (CIDDHOPE)

Cercle National de Réflexion sur la Jeunesse (CNRJ RDC)

Comité de Coordination des Actions de Paix (CCAP)

Commission Internationale en Formation des Droits de l’Homme (CIFDH)

Convention pour le Respect des Droits de l’Homme (CRDH)

Congrès pour le Renouveau Syndical (CORES)

Debout Fille de Fizi (DFF)

Femme en Danger (FED)

Femme et Enfant en Détresse (SOS FED)

Femme pour le Développement des Mutuelles de Solidarités à Fizi (FDMUSOF)

Femme qui en Soulève une Autre (FESA)

Femmes Engagées pour la Promotion de la Santé Intégrale (FEPSI)

Femmes Juristes pour la défense des Droits de la Femme (FJDF)

Fraternité des Prisons (FP)

Genre pour l’Appui au Développement (GAD)

Great Lakes Human Rights Program (GLHRP)

Groupe d’Action Non-Violente Évangélique (GANVE)

Groupe d’Associations de Défense des Droits de l’Homme et de Paix (GADHOP)

Groupe Lotus (GL)

Institut Africain de Formation en Droits Humains (INAFDH)

Juriste en Action (JURAC)

JUSTICIA Asbl

Ligue contre la Fraude et la Corruption (LICOF)

Ligue des Activistes des Droits de l'Homme (LADHO)

Ligue des électeurs (LE)

Ligue pour la Défense et la Vulgarisation des Droits Humains (LDVDH)

Mama Tupendane (MT)

Mama Tushirikiane (MATU)

Maniema Libertés (MALI)

Maniema Tuende Mbele (MTM)

Mobilisation, Encadrement Écologie et Défense des Droits Humains par les Amis des Familles Démunies (MEEDAF)

Œuvre Chrétienne pour la Femme (OCF)

Organisation Communautaire pour la Conservation de la Nature (OCCN)

Organisation de Paix pour les Opportunités et le Développement (OPOD)

Organisation pour la Promotion et Protection des Droits Humains (OPPDH)

Pax Christ Butembo

Psychologues sans Frontières (PSF)

Relance pour la Fille de Sion (RFS)

Réseau des Activistes des Droits Humains de Fizi

Réseau des Communicateurs Humanitaires (RCH)

Réseau des Parajuristes du Maniema (REPAJUMA)

Réseaux de Femmes pour le Développement de Jeunes d’Itombwe (RFDJI)

Service Par, Pour et Avec les Femmes (SEPPAF)

Solidarité des Associations Féminines pour les Droits de Femmes et de l’Enfant (SAFDF)

Solidarité des Hommes pour la Protection et la Promotion des Femmes (SHPF)

Wamama Tusimame (WATU)

Lire la suite

mardi 6 décembre 2016

Evry. Manuel Valls déclare sa candidature à la présidentielle pour aller dans le marigot de la primaire socialiste !

On l'a senti hier en allant à la mairie d'Evry que des jeunes issus de la diversité 91 Essonne et la Vallssosphére sont prêtes au combat (@avec_valls @JeunesVallsiens @GenerationValls @Valls_2017 @team_valls @clubvalls92 @ManuelValls91) pour encourager l'ex-Premier ministre Manuel Valls qui a déclaré sa candidature à la présidentielle et va au marigot de la primaire socialiste, qui apparaît pour certains observateurs comme un coupe-gorge tellement les caïmans ont les dents acérées! Manuel Valls qui est un politique intelligent, homme d'Etat avec son expérience de Premier ministre à Matignon, la tour de contrôle de la France, saura sans doute éviter les pièges tendues. D'ailleurs son discours de candidature aura été très à gauche...le voici "Je suis, ici, à Evry, dans ma ville. Ma ville de cœur. Une ville intense, attachante, jeune et populaire … cette ville où on se parle toujours directement, avec franchise … cette ville qui est une école, une école de la vie … j’ai appris tellement de mes concitoyens. Alors OUI, je suis candidat à la présidence de la République !"

J’ai cette force en moi, cette volonté de servir mon pays… C’est au-delà des mots, c’est une conviction TOTALE … Je veux TOUT donner pour la France ! Qui m’a tant donné. Ministre, Premier ministre, j’ai fait mon devoir – vous me connaissez –, sans jamais me ménager, avec énergie, en parfaite loyauté, avec le souci constant d’être à la hauteur de la mission que m’a confiée le Chef de l’Etat.

A François HOLLANDE, je veux dire mon émotion, mon affection. Sa décision est celle d’un homme d’Etat, qui place l’intérêt général au-dessus de tout. Elle nous oblige tous. Je veux lui dire la chaleur de mes sentiments. Ils se sont forgés à jamais dans le prix douloureux que notre pays a payé dans son engagement pour la liberté.

Je veux lui dire ma très grande fierté d’avoir assumé, à ses côtés, ces responsabilités immenses, intenses, et d’avoir engagé des réformes essentielles pour la France, pour protéger les Français, pour la compétitivité de nos entreprises, pour notre école, pour préserver notre modèle social.

Au cœur des difficultés, à ses côtés, je n’ai jamais cédé à la tentation de l’individualisme, de quitter le collectif. NON… le service de la France est bien plus grand que soi …

Le temps est venu d’aller plus loin dans mon engagement. Le sens de l’Etat me fait considérer que je ne peux plus être Premier ministre tout en étant candidat. En accord total avec le Président de la République, je quitterai mes fonctions dès demain, car je veux, en pleine liberté, proposer aux Français un chemin.

Pourquoi je suis candidat ?

Pourquoi ma candidature ? Pourquoi donner cinq ans de plus à la gauche ? Ces interrogations sont légitimes. Je suis lucide.

Je suis candidat parce que la France doit peser de tout son poids dans un monde qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était : menace terroriste ; réchauffement climatique ; effets néfastes de la mondialisation ; affaiblissement de l’Europe ; poussées de l’extrême droite …

Je veux une France indépendante, inflexible sur ses valeurs. Face à la Chine de XI JINPING, à la Russie de Vladimir POUTINE, à l’Amérique de Donald TRUMP, à la Turquie de Recep ERDOGAN … il faut, dans ce monde, une expérience forte. Elle ne s’invente pas !

Elle ne s’improvise pas ! J’ai cette expérience ! Je veux la mettre à profit.

Je m’engage parce que je ne veux pas que la France revive ce traumatisme – celui de 2002 – d’une extrême droite au second tour. Elle est aujourd’hui aux portes du pouvoir. Son programme ruinerait les petites gens, les retraités, les ouvriers. Elle nous ferait sortir de l’Europe et de l’histoire. A nous, à nous tous, de la renvoyer dans les cordes !

Je veux me battre, dans cette campagne, contre la droite, son candidat, son programme. Avec ses vieilles recettes des années 80, elle nous présente comme une avancée, ce qui est un recul social généralisé.

Je NE veux pas que les fonctionnaires travaillent plus pour gagner moins !

Je NE veux pas que les déremboursements massifs de médicaments empêchent les plus modestes de se soigner !

Je NE veux pas que nos enfants aient moins de professeurs, que nos villes et nos campagnes aient moins de policiers ou de gendarmes !

Je NE veux pas que l’on casse notre sécurité sociale, l’hôpital public ; que nos aînés aient moins de protections et que les salariés attendent 70 ans – 70 ans ! – pour toucher une retraite à taux plein.

Ma candidature, c’est aussi une révolte.

Je suis révolté, au fond de moi-même, à l’idée que la gauche soit disqualifiée de cette présidentielle. Cette révolte je veux la faire nôtre ! Je constate la division à gauche … Mais jusqu’à quand allons-nous subir ce spectacle ?

Voilà un beau motif de sursaut … il y a une exigence de rassemblement… et au fond de nous, je sais qu’il y a une envie de se retrouver … Moi-même, dans ma volonté de faire évoluer ma famille politique, j’ai pu avoir des mots durs, suscité des débats, des incompréhensions … C’est ça la gauche, le débat, la controverse … Mais j’ai toujours assumé les décisions collectives, parce que c’est aussi l’esprit de la gauche… c’est mon histoire.

Bien sûr, les uns et les autres nous sommes différents, mais nous sommes ensemble. La division est toujours une affaire qui se fabrique à plusieurs. L’unité aussi ! Chacun devra faire un effort … moi le premier. Il faut être digne, se dépasser. Ma candidature est celle de la conciliation. Elle est celle de la RÉ-conciliation.

Je pose donc ce premier acte pour l’unité parce qu’aujourd’hui j’ai une responsabilité : rassembler, oui, rassembler. Car enfin, quand on a gouverné, avec François Mitterrand, Lionel Jospin, François Hollande, on partage quelque chose de grand, de fort : un même combat pour le progrès et la justice sociale. C’est une histoire, un fil commun.

JE VEUX FAIRE GAGNER TOUT CE QUI NOUS RASSEMBLE !

La primaire qui s’ouvre est un formidable moyen pour recréer l’unité. Ce n’est pas que l’affaire des partis. C’est votre responsabilité.

J’invite les femmes et les hommes de gauche, les progressistes, mais j’invite aussi tous les Français qui refusent l’extrême droite, qui refusent la régression sociale que propose François Fillon, à s’emparer de ce moment.

A venir nombreux, oui, nombreux, mobilisez-vous, pour choisir librement ! Débattre ! Je le ferai moi-même avec respect, sens de l’écoute, sans polémiquer, sans jamais dénigrer.

La gauche est grande et belle quand elle parle à tous les Français, et qu’elle rassemble ; quand son destin se confond avec celui de la France.

3. Le président que je veux être

a) Qui rend sa force à l’esprit français

La France a besoin de la gauche, garante de cet esprit français, auquel je veux, nous devons rendre toute sa force.

La laïcité qui est notre bouclier, pour assurer la tolérance, pour protéger, pour que dans ce pays, on puisse croire ou ne pas croire, se respecter.

L’égalité que l’école doit promouvoir. L’égalité aussi entre les femmes et les hommes. La fraternité qui fait que la France est une nation où chacun est préoccupé par le sort de son prochain. Ce fameux modèle social français – qu’il faut moderniser, mais aussi préserver – c’est de ne jamais fermer les yeux sur la pauvreté, les oubliés, les mal-logés, les précaires, les humiliés de la vie, pour leur tendre la main, leur redonner la dignité à laquelle ils ont droit.

L’esprit français, c’est la liberté, celle qui consiste à exercer, quoi qu’il en coûte, son esprit critique. Celui de Voltaire. Car l’esprit français, nous le savons, est indocile et rebelle. Et en 2015 nous l’avons payé par le sang…

L’esprit français, c’est penser en grand, pour le monde, comme nous l’avons fait, avec le Président de la République, lors de la COP 21, ou en engageant nos armées au Mali, au Levant.

L’esprit français, c’est la culture, la création, notre magnifique exception, notre patrimoine, nos paysages, notre créativité, la French Tech reconnue sur tous les continents, mais aussi notre langue, le français : celui de RABELAIS, d’HUGO, de CAMUS, de CESAIRE, de BEAUVOIR, de Patrick MODIANO ou Leïla SLIMANI.

Cet esprit français… je veux l’incarner, le faire respecter, l’entretenir, le porter… C’est pour moi une mission fondamentale… Mais je veux vous dire la vérité … car je n’ai jamais mâché mes mots … j’ai toujours nommé les problèmes pour mieux les combattre : les communautarismes, la ségrégation sociale, le racisme, l’antisémitisme, les actes antimusulmans, les actes anti-chrétiens, les discriminations qui nous fracturent.

J’en ai assez de ces discours qui nous divisent, qui stigmatisent, là nos compatriotes musulmans, là les réfugiés fuyant la guerre.

Pourtant, chaque fois que je vais dans une commune, une école, une entreprise, une association, je ressens la même émotion. Partout des citoyens se mobilisent pour nos aînés, pour les personnes qui vivent avec un handicap, pour ceux qui souffrent, ceux qui ont faim.

Notre pays aspire profondément à ce récit commun. Il y a des ressources dans la société française, dans nos familles, il y a un optimisme, une générosité. Il faut aller chercher ce qu’il y a de meilleur dans chacun de nous. Les Français ont besoin de retrouver un esprit, celui d’une société moins dure, plus solidaire, plus fraternelle, plus morale.

NOUS PARTAGEONS TOUS UNE BELLE IDÉE DE LA FRANCE !

Nous devons faire vivre cette idée.

b) Qui propose un chemin pour la France

Je veux mettre la France à la hauteur d’un monde nouveau. La mondialisation doit être mise au service des peuples. En clair, je veux que les classes populaires, les travailleurs retrouvent leur dignité, leur capacité à faire, à créer, à produire, bref à construire ce pays comme ils l’ont toujours fait.

Ne pas subir la mondialisation, c’est forcément, pour moi qui suis profondément européen, par mes origines, par mes convictions, refonder le projet européen qui ne défend pas assez nos intérêts, qui n’est pas assez proche des peuples. Je veux une Europe forte dans le monde, qui investit dans l’avenir, la jeunesse, le social.

Mettre la France à la hauteur d’un monde nouveau, c’est miser plus encore sur notre génie créatif, sur notre compétitivité, sur notre agriculture, sur notre industrie, nos PME, nos entrepreneurs, nos commerçants, nos artisans, nos salariés, parce que le travail est une valeur.

Et cela passe par l’investissement massif dans des secteurs nouveaux, qui feront la croissance et les emplois de demain : économie verte, transition écologique, énergies renouvelables, numérique et les sciences du vivant.

Dans ce monde nouveau, la France sera plus forte, elle sera une grande Nation, car elle sera une « Nation éducative », c’est-à-dire une Nation qui met toute son énergie, son audace, plus d’audace encore, dans l’éducation, la formation tout au long de la vie, l’apprentissage, la recherche, la santé ; une nation intelligente qui crée de la valeur, de la richesse, de l’épanouissement, … Ce sont les conditions indispensables, incontournables pour créer de l’emploi et faire reculer le chômage. C’est MA priorité.

Dans ce monde nouveau et inquiétant, l’Etat a toujours un rôle à jouer. Il ne peut pas être mis en cause, il ne peut pas être démantelé ! Il doit être l’expression politique de la Nation : un Etat qui protège contre l’insécurité, la délinquance, la menace terroriste ; un Etat décentralisé, présent, avec ses services publics forts, aussi bien dans les territoires urbains que ruraux, qui peuvent se sentir déclassés – je défends, vous le savez, la ruralité – et dans les Outre-Mer ; un Etat bien géré, modernisé, plus efficace, car je veux poursuivre la baisse durable de l’impôt pour les classes moyennes et populaires.

Je veux aussi, face à la crise démocratique, que la République, notre République, fasse davantage confiance aux Français. On ne gouverne pas au 21e siècle comme au siècle dernier.

A l’heure où certains ne veulent gouverner que par ordonnances, il faut toujours mieux impliquer les citoyens, les associations, les élus, les partenaires sociaux – car je crois à la démocratie sociale – dans les décisions qui les concernent.

Nous devons inventer, je proposerai, un nouvel équilibre pour nos institutions, entre l’exécutif, le Parlement, les collectivités territoriales – qui doivent assumer plus de responsabilités – et les citoyens, qui doivent être mieux associés, davantage consultés.

Et enfin, ici, à Evry, je sais la force de la jeunesse. Je veux que la jeunesse, toute la jeunesse de mon pays réussisse. Et parce que je suis un élu de ces quartiers populaires, je sais parfaitement que nous n’avons pas encore répondu à toutes ses attentes.

La réussite de la jeunesse ne peut pas être que financière. L’épanouissement naît de la capacité à concrétiser des projets, à se réaliser dans le travail, la création d’entreprises, dans la culture, la vie associative au service des autres, au service de la République.

C’est cela l’engagement ! La réussite ne se mesure pas au montant du compte en banque, elle se mesure à la lumière que l’on a dans les yeux. Et je veux que l’on retrouve, je veux que nos compatriotes retrouvent TOUS cette lumière…

Mes chers compatriotes de métropole, des Outre-mer et de l’étranger, Nous sommes, dans un moment historique, grave, mais passionnant, qui est le fruit d’un paradoxe : alors même que l’espoir semble s’éloigner, que tout semble déjà écrit et joué d’avance, le peuple français n’a jamais eu autant envie de reprendre les rênes de son destin…

Lire la suite

lundi 5 décembre 2016

France: 1 873 ONG africaines portent plainte contre Nicolas Sarkozy pour «déstabilisation de l'Afrique»

L'ancien dirigeant français est dans le viseur d'un collectif d'ONG qui lui reprochent d'avoir engagé la France dans des opérations de déstabilisation de plusieurs pays africains, parmi lesquels le Gabon, la Guinée équatoriale et surtout la Libye.

Une coalition africaine, qui regroupe 1873 organisation non-gouvernementales du continent, a l'intention de poursuivre l'ancien chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, pour «déstabilisation de la Libye, pillage, complicité de déstabilisation, tentative de déstabilisation du Gabon et de la Guinée équatoriale».

«L'Afrique a changé, l'Afrique ne se laissera plus dicter des lois de l'Occident. Nous mettrons fin aux pillages de notre continent par les Occidentaux et nous mettrons fin aux pillages des dirigeants africains irresponsables», a déclaré le représentant de cette coalition pour expliquer sa démarche.

La plainte concerne plusieurs théâtres d'opération : en Libye, l'implication de la France et «la complicité de ses marionnettes» est pointée du doigt, notamment à la suite de la mort de Kadhafi dans des circonstances encore floues, alors que des liens financiers entre Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi sont régulièrement évoqués.

Des tentatives de déstabilisation du Gabon et de la Guinée équatoriale sont également évoquées.

Aux côtés de Nicolas Sarkozy, on retrouve, parmi les accusés, les avocats William Bourdon et Robert Bourgui, ainsi que les ONG Sherpa et transparency International. La coalition a également annoncé avoir déposé une plainte contre l'ONU «pour avoir cautionné la déstabilisation de la Libye, provocant jusqu'à ce jour, des milliers de morts».

Lire la suite

Cuba: Fin des funérailles de Fidel Castro à Santiago de Cuba

Les funérailles de Fidel Castro ont pris fin à Santiago de Cuba, berceau de la révolution castriste dans l'est du pays, lors d'une cérémonie intime qui vient clore neuf jours de deuil décrétés après le décès de l'ex-président le 25 novembre à 90 ans. «Il n'y a pas eu de discours, c'était très sobre, il y a juste les cendres qui ont été mises en terre et la famille, le gouvernement, et ensuite tous les officiels, qui étaient là», a rapporté la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, qui représentait le gouvernement français à ces funérailles, empreintes selon elle, de «beaucoup de sobriété, de sérénité».

Les funérailles auraient dû être télévisées mais au dernier moment, les medias cubains ont annoncé que la cérémonie se déroulerait en privé.

Le père de la révolution cubaine est décédé à l’âge de 90 ans, le 25 novembre, à La Havane. Selon son désir, sa dépouille a été incinérée. Depuis l'an 2000, Fidel Castro souffrait de graves problèmes intestinaux, à cause desquels il avait été contraint de se retirer de la vie politique en 2006. Il avait alors transmis le pouvoir à son frère cadet Raul, numéro deux du parti depuis sa fondation en 1965.

L’icône de la révolution cubaine, Fidel Castro, est décédé le 24 novembre à l’âge de 90 ans. Mais tout le monde ne sait pas qu’il a défié 11 présidents américains et survécu à 638 complots, dont la plupart étaient ourdis par la CIA.

Les relations entre les Etats-Unis et Cuba étaient au plus bas suite à la révolution cubaine. Pour Washington, Fidel Castro était source d'innombrables problèmes et la CIA a tenté de se débarrasser de lui à de maintes reprises. D’après les estimations du Livre Guinness des records, il a survécu à 638 complots d'assassinat depuis le débarquement d'exilés cubains soutenus par la CIA dans la baie des Cochons, en avril 1961. Voilà les échecs de la CIA les plus saugrenus.

Le stylo empoisonné

Au jour de l’assassinat du président américain John Kennedy, le 22 novembre 1963, un responsable de la CIA a confié un stylo empoisonné à un «espion» cubain pour qu’il l’utilise contre Fidel Castro. Mais, au même moment, un émissaire de Kennedy rencontre le leader cubain pour tenter d’améliorer les relations entre les deux pays, ce qui a mis un terme à l'entreprise.

Lire la suite

vendredi 2 décembre 2016

XVIè Sommet de la Francophonie à Antananarivo: François Hollande n'a montré aucun signe qu'il renoncerait à la présidentielle 2017 !

Samedi 26 novembre au palais présidentiel, François Hollande lève son frère pour la francophonie

Au XVIè sommet de la Francophonie à Antananarivo dont les lampions se sont éteints le dimanche 27 novembre, François Hollande Président de la République française n'a laissé filtrer aucun signe qu'il renoncerait le 1 décembre à briguer le second mandat présidentiel de 2017. François Hollande a valablement défendu le rang de la France et la Francophonie. Accro à la politique, François Hollande prouve à la face du monde qu'il n'est pas un accro du pouvoir. Du respect au Président François Hollande qui par lucidité a mis l'intérêt supérieur de la France au dessus de sa propre personne. Une première sous la Ve République qu'un Président de la République renonce à sa propre succession alors qu'il n'est pas malade, son âge n'est pas avancé et la Constitution lui donne le droit.

Michaëlle Jean et François Hollande trinquent au nom de la francophonie

Une grande leçon patriotique à apprendre de la France. Des présidents africains-dinosaures, brontosaures et mammouths-qui prennent les africains en otage et qu'ils ne veulent jamais partir, quelle honte ? Rien qu'en République démocratique du Congo, Alias Joseph Kabila, l'imposteur qui règne par défi devrait s'inspirer de l'exemple de François Hollande pour sortir par la grande porte. Or l'incapacitaire de Kingakati fraudeur en 2006, élection présidentielle à deux tours, tricheur en 2011, élection présidentielle à un tour, son second mandat usurpé s'arrête le 19 décembre à minuit, le Kadogo laisse planer le flou...Il doit partir

Nous revenons au dîner présidentiel à Iavoloha:

Lire la suite

mardi 29 novembre 2016

Réussite du XVIè sommet de la francophonie à Antananarivo, la RDC n'a jamais passé le flambeau au sommet de Dakar au Sénégal !

XVIè sommet de la francophonie à Antananarivo. Plusieurs absents. Photo de famille, Réveil FM International

XVè sommet de la francophonie à Dakar. Ils étaient tous là ! Photo de famille, Réveil FM International

Pour un premier sommet, Michaëlle Jean, la Secrétaire Générale de l'Organisation Internationale de la francophonie (OIF) doit être heureuse de sa réussite. Il faut dire la présence de Justin Trudeau, Premier ministre du Canada et Phillippe Couillard ¨Premier ministre du Québec ne pouvaient qu'être encourageant pour la canadienne Michaëlle Jean. Les journalistes mieux traités qu'au sommet de Dakar où certains devaient écrire à même le sol dans une tente non climatisée.

Le sommet de la francophonie est d'abord une réunion de famille qui partage la langue française. Mais lorsque l'oncle, la tante ou le neveu ne viennent pas on n'a droit de se poser des questions. Plusieurs chefs d'Etat africains ont brillé par l’absentéisme au XVIè sommet de la francophonie à Antananarivo à Madagascar: Alias Joseph Kabila (RDC), IBK (Mali), Paul Biya (Cameroun, Alpha Condé (Guinée), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Faure Eyadema (Togo), Théodore Obiang Ngwema (Guinée Equatoriale)...

Et pourtant, ils étaient tous là au XVè sommet de la francophonie à Dakar au Sénégal. Qu'est-ce qui s'est passé depuis ? La réussite du XVIè sommet de la francophonie à Antananarivo ne doit pas faire oublier les déboires du XVIè sommet à Dakar au Sénégal. Les dinosaures n'ont jamais digéré qu'une femme soit Secrétaire Générale de l'OIF. A Dakar, le Congolais Denis Sassou Nguesso avait dans sa poche, son ambassadeur Henry Lopez comme candidat au Secrétariat Général de l'OIF. Pour Denis Sassou Nguesso, le deal était clair, c'est à l'Afrique que revenait de plein droit le poste. L'élection de Michaëlle Jean aura été une pilule amer à avaler.

Alors que le XIVè sommet de la francophonie a été organisé bon et mal gré à Kinshasa malgré le hold-up électoral de l'imposteur Alias Joseph Kabila. Le discours de François Hollande à la tribune du Sommet de la francophonie à Dakar sur la bonne gouvernance et le respect de l'ordre constitutionel aura courroucé plus. Alias Joseph Kabila et sa bande avaient quitté Dakar sans ménagement ni tralala ! “Nous n’avons plus rien à faire s’était écrié l’incapacitaire de Kingakati" !

Arrivée à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor, le vendredi 28 novembre 2014 vers 16h 40, pour le XVe Sommet de la Francophonie à Dakar, alias Joseph Kabila avait oublié que même dans son imposture et usurpation, qu’il était le président en exercice sortant de la Francophonie. Comme un gamin à qui on avait arraché des billes ou la “Nitendo”, Courroucé par le discours clairvoyant et préventif de François Hollande prononcé lors de l’ouverture du Sommet de la Francophonie au Centre International de Dakar, une véritable mise en garde contre les tripatouilleurs constitutionnels patentés qui veulent s’éterniser au pouvoir et méprisent leurs peuples, l’incapacitaire de Kingakati alias Joseph Kabila s’était senti visé, amer et en colère, il avait pris ses cliques et claques dans la nuit du 29 au 30 novembre 2014, destination aéroport Léopold Sédar Senghor, il s’est engouffré dans l’avion de la République démocratique du Congo, sans avoir pris soin de passer le flambeau de la présidence à son successeur, Macky Sall, le président sénégalais. D’ailleurs, l’image de la conférence de presse finale est frappante: On voit Abdou Diouf, François Hollande et Macky Sall…Pas d’alias “Joseph Kabila” !

En 2012, lors du fameux XIVè Sommet de la Francophonie de Kinshasa, la tension était vive et perceptible entre alias Joseph Kabila et François Hollande

Lire la suite

dimanche 27 novembre 2016

XVIè Sommet de la Francophonie à Antananarivo: Alias Joseph Kabila grand absent et perdant !

Ce n'est pas la première fois qu'Alias Joseph Kabila, l'imposteur qui trône abusivement et par défi sur la République démocratique du Congo, brille par l'absentéisme, un sommet, une rencontre internationale ou une Assemblée générale des Nations-Unies. La catapulté de Kinshasa est plus à l'aise à Kigali au Rwanda, à Kampala en Ouganda ou à Dar es salaam en Tanzanie où il fut chauffeur-taxi durant plusieurs années avant le Congo. L'incapacitaire de Kingakati, Alias Joseph Kabila, fin second mandat usurpé, vient de rater l'occasion de dire "Au revoir" à ses homologues francophones au XVIè Sommet de la Francophonie à Antananarivo à Madagascar. Il aurait pu du haut de la tribune déclarer sans ambages à la tribune qu'il ne briguera pas un troisième mandat par respect de la Constitution. La salle l'aurait applaudi et il serait gagnant, et serait sortie par la grande porte. Après 16 ans d'imposture au Grand Congo, devenu "Milliardaire du dimanche" en pillant les ressources congolais, Alias Joseph Kabila excelle aux jeux de Nitendo, dans les assassinats, tueries, massacres des paisibles congolais, crimes économiques et humanitaires. La République démocratique du Congo est un grand pays francophone au cœur de l'Afrique. Elle mérite mieux. Dommage qu'Alias Joseph Kabila ne comprenne pas le rôle du grand Congo au sein de l'OIF. Au lieu d'occuper un strapontin au sein de la francophonie, la RDC doit jouer pleinement son rôle, mais pas avec des imposteurs, usurpateurs, des mal élus, ceux qui s’incrustent sont sans foi ni loi...Avec ses 80 millions d'habitants dont la majorité sont locuteurs de la langue française, la RDC a son avenir dans la famille commune de la francophonie.

Depuis que les Etats-Unis mais surtout la France, l'union européenne rappellent à Alias Joseph Kabila le respect de l'ordre constitutionnel, le Kadogo aux bottes de jardinier et kalachnikov en bandoulière joue au roquet qui aboie et mord les mollets. Il s'en prend uniquement à la France ! "La République démocratique du Congo n'est pas un département d'Outre mer de la France" Membre du Conseil de sécurité de l'ONU, la France défend beaucoup la RDC. La France soutient la RDC n'en déplaisent les pseudo-souverainistes de Kinshasa, qui ne sont souverainistes par posture ! C'est par solidarité au premier pays francophone que souvent la France lève la voix pour rappeler les valeurs et principes que doivent respecter les pays francophones: le respect des droits humains, la liberté d'expression et de la presse, l'alternance politique, le non à l'impunité... Au delà de son imposture, Alias Joseph Kabila l'imposteur qui trône abusivement en République démocratique du Congo n'a jamais fréquenté une école. Sauf l'école buissonnière qui l'a amené à faire du taxi d'où son anglais approximatif de la rue. Au pays de "Chance Eloko Pamba", l'usurpateur-tricheur et fraudeur fait du mieux qu'il peut. Il balbutie la la langue de Voltaire, lit les discours que les autres lui écrivent sans comprendre la quintessence des phrases, boycotte des sommets de la Francophonie. Après son hold-up électoral de novembre 2011, que n'avait-t-il pas fait pour que le XIVè Sommet de la Francophonie ait lieu à Kinshasa pour légitimer son régime ? Que ceux qui ne sont pas des amnésiques revoient le film de l'avant et pendant le sommet de Kinshasa. Abdou Diouf, le Secrétaire Général de l'OIF s'était impliqué personnellement. Fraîchement élu, François Hollande avait beaucoup hésité et posé des conditions avant d'y aller...

Avec un petit président, nullard, imposteur, jamais la République démocratique du Congo n'a été aussi si petite au niveau internationale.

Lire la suite

mercredi 23 novembre 2016

Madagascar: Mohammed VI, Roi du Maroc sur les pas de son grand-père Mohammed V à Antsirabé !

Comme toujours les James Bond du service de sécurité de Mohammed VI, Roi du Maroc sont sur les nerfs, montrent des biceps. Et pourtant à Antsirabé il y avait plus de 300 journalistes de 47 pays francophones présents à l'hôtel des Thermes, le lieu du visite du roi. Les barbouzes ont empêché les journalistes de faire leur travail: portes fermées, pas droit d'aller aux toilettes...Nous avons été le journaliste non marocain à s'approcher du Roi et prendre des photos. La légitime protection du Roi du Maroc ne devrait en aucun cas empêché les journalistes de faire leur travail.

Mohammed VI, Roi du Maroc. Photo Réveil FM International

En marge de sa visite d’État, destiné à raffermir les relations avec l’île, Mohammed VI est revenu sur les traces de son grand-père, Mohammed V, en se rendant à l’hôtel des Thermes à Antsirabe le mercredi 23 novembre. La Famille Royale du Maroc entretient un attachement particulier à la Ville d’Eaux. Faut-il rappeler qu’à partir du mois de janvier 1954, le Roi Mohammed V, le Grand-père du souverain avait été envoyé en exil à Antsirabe avec ses enfants dont le Roi Hassan II, père du Roi Mohammed VI, par le pouvoir colonial français. La Famille Royale a résidé à l’hôtel des Thermes pendant un peu plus de deux ans avant de revenir au Maroc en novembre 1955.

La visite de Mohammed VI , Roi du Maroc aura au moins une mérite: le nettoyage de la ville d'Antsirabé, le traçage de ses routes...

Lire la suite

Presse et médias: Madagascar la liberté n'est que de façade !

Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar. Photo Réveil FM International

Près de 300 stations de radio sur l'ensemble du territoire. Une vingtaine de chaînes de télévision. Près de vingt quotidiens. Une poignée de magazines, hebdomadaires, mensuels ou bimestriels. Des centaines et des centaines de blogs. Un accès facile sur les réseaux sociaux avec une nette préférence pour Facebook. Sur ces médias les critiques peuvent pleuvoir, et toutes les tendances politiques semblent représentées. Le paysage médiatique malgache paraît particulièrement riche et diversifié.

Mais ce foisonnement de titres et de chaînes n'est qu'apparent. Sur la grande île, la liberté n'est que de façade. Le nouveau Code de la communication médiatisée promulguée en août ne fait que confirmer les velléités de musellement de la presse pratiquées sous les régimes politiques qui se sont succédé à Madagascar.

Si la censure n'a plus cours sur la Grande île, la filtration des informations publiées reste une pratique largement appliquée par les autorités. Cette tendance est renforcée par le nouveau texte régissant les activités des médias où la publication d'informations non autorisées peut devenir un délit passible d'une peine d'amende de 1 à 2 millions d'Ariary. Dans son article 19, le code de la communication médiatisée indique que "est interdite la publication non autorisée des débats en huis clos, des rapports ou tout autre document tenus ou établis au sein des institutions de la République pouvant compromettre l'ordre public ou la sécurité nationale dont l'appréciation relève des juridictions".

Mais comment anticiper qu'une information peut compromettre l'ordre public ? Pendant plusieurs années, les autorités ont refusé de publier des projets de loi ou des projets de décret avant que leur application ne soit devenue effective " de crainte de créer des troubles au sein de l'opinion".

Le nouveau Code de la Communication médiatisée consacre cette interdiction. A défaut de réinstaurer la censure qui avait cours jusqu'au début des années 1990, les autorités poussent les journalistes à pratiquer l'autocensure.

La déclaration du chef de l'Etat, Hery Rajaonarimampianina, aux journalistes qu'il avait reçus alors que le débat sur le nouveau texte relatif à la communication faisait rage, illustre cette volonté de pousser les médias à limiter de leur propre chef les informations qu'ils publient. Elles constitue par ailleurs une menace à peine voilée lancée à tous ceux qui, détenant des informations, les donnerait aux journalistes."si les journaux n'avaient pas publié ces informations, ces inspecteurs d'Etat ne seraient pas passés en conseil de discipline et n'auraient pas été sanctionnés", avait-il alors indiqué.

Les informations portaient alors sur une affaire de corruption dans laquelle une des conseillères du président de la République et le Premier ministre avaient été largement cités dans les médias. Celles-ci avaient été démenties, mais si la presse n'avait fait l'objet d'aucune poursuite pour "diffamation", les inspecteurs d'Etat qui étaient censés être les seuls à détenir les informations publiées avaient été traduits en conseil de discipline, pour ensuite être sanctionnés.

Particulièrement malmené par la presse depuis son arrivée au pouvoir, le Président de la République a pris soin, à travers le Code de la communication médiatisée d'ériger un mur de défense. outre la limitation de l'accès à l'information, l'interdiction totale de publier des informations relatives à la vie privée des autorités politiques est consacrée par le nouveau texte.

Alors que les journalistes qui avaient participé à l'élaboration de l'avant-projet de loi sur la communication avaient mentionné dans leur proposition la possibilité pour les médias de faire part de certaines informations pouvant relever de la vie privée des dirigeants politiques compte tenu de leur statut d'hommes et de femmes publics, la version finale du texte transmise par le Conseil des ministres à l'Assemblée nationale précisait clairement que "le journaliste s'abstient de porter toute atteinte à la vie privée des personnes, même lorsque ces personnes assument des fonctions ou un rôle politique". Avec ce texte, il est interdit jusqu'à rendre public le bulletin de santé du président de la République alors que son état de santé peut constituer un motif d'empêchement temporaire ou définitif d'exercer les fonctions présidentielles, ainsi que le prévoit la Constitution.

Lire la suite

mardi 22 novembre 2016

Madagascar: Mohammed VI, Roi du Maroc pas les mains vides, déjà 22 accords signés !

Le roi Mohammed VI effectue, depuis samedi soir, sa première visite officielle dans le pays dans le cadre du sommet de la Francophonie. Il se trouve à la tête d’une forte délégation officielle comprenant des hommes d’affaires, des poids lourds de l’industrie marocaine, et des promoteurs marocains. En moins de 48 heures de son arrivée sur le sol malgache, la délégation marocaine vient de signer vingt-deux accords de coopération bilatérale avec Mada­gascar. La signature de ces documents a été effectuée hier au Palais d’État d’Iavo­loha en présence du roi Moha­med VI et du Président Hery Rajaonari­mampianina.

Les accords signés portent sur divers secteurs d’activités et visent notamment au renforcement du partenariat entre les organisations patronales des deux pays. Parmi ces secteurs figurent l’environnement, l’exploitation minière et l’enrichissement des minerais, l’eau et la météorologie, la jeunesse et sport, l’énergie renouvelable, la pêche, la formation professionnelle, le tourisme et l’impôt. « Même s’il ne s’agit pas encore d’un contrat, cela démontre déjà l’intérêt du Maroc de s’investir dans la Grande île », explique un membre du secteur privé rencontré à Iavo­loha. Dans ce sens, les deux pays entendent mettre en place une assurance agricole suivant une convention cadre signée entre Mutuelle Agricole Marocaine d’Assurance et l’Assurance Aro. La mise en place d’une institution de micro finance figure dans cette ligne. À cela s’ajoute la valorisation et la sauvegarde du canal des Pangalanes.

Voici les vingt-deux accords de coopération signés, lundi à Antananarivo sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, et le président de la République de Madagascar, M. Hery Rajaonarimampianina:

– Mémorandum d’entente sur le projet de valorisation et de sauvegarde du canal des Pangalanes, signé par le président du directoire de Marchica MED S.A, Said Zarrou et le ministre auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, M. Narson Rafidimanana et le ministre des Transports et de la Météorologie, M. Ramanantsoa Ramarcel Benjamina.

– Accord relatif à la coopération dans le domaine agricole, signé par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, M. Aziz Akhannouch et le ministre auprès de la présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Rakotovao Rivo.

– Accord de coopération dans les domaines de l’exploitation minière et l’enrichissement des minerais, signé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Salaheddine Mezouar et le ministre auprès de présidence chargé des Mines et du Pétrole, M. Zafilahy Ying.

– Protocole sur l’établissement de consultations politiques, signé par M. Mezouar et son homologue malgache, Mme Atallah Béatrice Jeanine.

– Projet d’accord portant sur les domaines de l’Eau et la Météorologie, signé par M. Mezouar et Mme Atallah.

– Protocole de coopération dans le domaine de l’Environnement, signé par M. Mezouar et la ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, Mme Ndahimananjara Johanita.

– Mémorandum d’entente en matière de fonction publique et de modernisation de l’administration, signé par M. Mezouar et le ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’administration, du Travail et de la Loi Sociale, M. Maharante Jean de Dieu.

– Accord sur la coopération dans les domaines de la Jeunesse et sports, signé par M. Mezouar et le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Andiamosarisoa Jean Anicet.

– Convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée par le ministre de l’Economie et des Finances, M. Mohamed Boussaid, et le ministre malgache des Finances et du Budget, M. Rakotorimanana François Marie Maurice Gervais.

– Accord de coopération dans le domaine des énergies renouvelables, signé par Mostapha Bakkoury, président de MASEN et le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, le général de corps d’armée, Raveloharison Herilanto.

Lire la suite

dimanche 20 novembre 2016

Mohammed VI, Roi du Maroc à Madagascar depuis le samedi 19 novembre !

La visite du Roi Mohammed VI consacre le renouveau dans les relations entre le Maroc et Madagascar. Les deux pays ont été rapprochés par l’Histoire dans les années 1950. Dans l’élan de la lutte pour l’indépendance, Feu le Roi Mohammed V, grand-père du Souverain, avait été envoyé en exil avec sa famille en août 1953 par le pouvoir colonial français ; d’abord en Corse puis à Madagascar, à partir de janvier 1954, dans la ville d’Antsirabe où il avait résidé à l’hôtel des Thermes pendant un peu plus de deux années. Ce n’est qu’en novembre 1955 que Feu le Roi Mohammed V a pu revenir, triomphalement, au Maroc qui allait alors recouvrer son indépendance en mars 1956.

Mohammed VI, Roi du Maroc avec ses concitoyens à l'aéroport d'Antananarivo

Lire la suite

samedi 19 novembre 2016

RDC: Nommé Premier ministre, Samy Badibanga entre le marteau-alias Joseph Kabila et l'enclume-le peuple congolais !

La faiblesse de tout régime dictatorial et sanguinaire est de savoir débaucher pour se maintenir voire survivre. Mais le peuple a toujours un allié qui souvent lui donne raison: le temps! Alias Joseph Kabila, l'imposteur, qui règne en toute impunité en République démocratique du Congo, croit prolonger le temps de sa dictature et son régime d'imposture fin deuxième mandat en nommant Samy Badibanga, transfuge de l'UDPS, qui a participé au fameux dialogue d'Edem Kodjo du camp militaire Tshatshi. Samy Badibanga se dit de l'opposition mais que va-t-il faire en une quarantaine de jours de fin second mandat usurpé et décrié d'alias Joseph Kabila par les congolais ? Samy Badibanga est entre le marteau-alias Joseph Kabila veut sauver sa tête, continuer à régner envers et contre tous et l'enclume-le peuple congolais qui veut le respect de la Constitution, qui fixe deux mandats présidentiels et qui a vent debout, prêt à en découvre avec un Mobutu Bis qui trône abusivement depuis 16 ans !

Pourquoi la mission de Samy Badibang est impossible ?

1. On est Premier ministre (PM) de la République, pour la République et tous les citoyens. Depuis la nomination de Samy Badibanga, une frange de ses Frères du Kasaï sont montés au créneau pour le féliciter. Nous n'en citons que deux pour ne pas alourdir notre article. Ngoyi Kasanji, apparatchik joséphiste, gouverneur du Kasaï-Oriental de février 2007 à juillet 2015, toujours gouverneur au Kasaï-Oriental après le découpage des nouvelles provinces, a tweeté "Le peuple kasaïen exprime sa reconnaissance au Président de la République pour l'élévation de l'un de ses fils Samy Badibanga à la primature". Catherine Nzuzi Wa Mbombo, la dinosaure Mobutiste, l'ancienne animatrice du MPR-Parti Etat et danseuse de ventre du dictateur Mobutu tweet: " Félicitation au Président de la République qui a tenu compte de la géopolitique en nommant un fils du centre (Kasaï) !". S'il lui arrive de céder aux sirènes des tribalo-ethno-claniques, Samy Badibanga sera dans le piège car les autres congolais risquent de ne pas se reconnaître de lui. S'il est PM des Kasaïens, pas de raison que les congolais d'autres contrées ne lui fassent confiance. Première piège !

2. On dit que Samy Badibanga est une marionnette. Qui est derrière Samy Badibanga? Qui tire les ficelles ? Depuis qu'il a été nommé PM en lieu et place de Vital Kamerhé qui voulait tant ce poste, SB doit savoir que les couteaux sont aiguisés. Son problème viendra du parlement. Les députés et sénateurs godillots, applaudisseurs, ventripotents et illégitimes ne vont pas lui faciliter la tâche car leur souci premier est de continuer à siéger même sans mandat. Ce parlement des fourbes et roublards voudra-t-il que Samy Badibanga réussisse ? Pas du tout, car tout réforme doit passer au Parlement illégitime ! Elus pour 5 ans, ces parlementaires corrompus siègent depuis 10 ans. Samy Badibanga qui est récusé par l'UDPS, le parti d'Etienne Tshisekedi, qui est désavoué par la diaspora congolaise car il a accepté d'être le PM d'un imposteur et qui n'a aucune majorité au parlement, comment va-t-il gouverner ? Et les mammouths Joséphistes et dinosaures Mobutistes artisans du régime d'imposture l'ont à l'oeil ! Second piège.

3. Ils sont nombreux des politicailleurs qui ont trahi, qui ont rejoint la mangeoire d'Alias Joseph Kabila. Étonnant que les mêmes traites s'en prennent à Samy Badibanga, le traitant de Brutus. Le Potentiel écrit que "C’est pour la deuxième fois que Samy Badibanga, député national, président du groupe parlementaire UDPS et Alliés, trahit Etienne Tshisekedi. Elu en 2011 sur la liste de l’UDPS, Samy Badibanga s’était désolidarisé de son parti qui avait pourtant lancé un mot d’ordre à tous ses élus de ne pas siéger à l’Assemblée nationale. Rebelle par rapport à la ligne de son parti, Badibanga et une quarantaine d’autres députés nationaux, estampillés UDPS, continuent à siéger au Palais du peuple. Ce qui leur a valu l’exclusion du parti". Lorsqu'on sait que "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) lors de la transition de 2002-2007 a privé 65 millions des congolais d'un débat démocratique inscrit dans la Constitution de la transition qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à Alias Joseph Kabila. Corrompu jusqu'à la moelle épinière, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a favorisé le hold-up électoral de 2006. Mieux, après avoir bâilloné les journalistes, muselé des médias, brimer les opposants, celui qui traite Samy Badibanga de Brutus à l'égard d'Etienne Tshisekedi, a été nommé "Rapporteur au Sénat" pour le compte d'alias Joseph Kabila en récompense de la prédation de la liberté de la presse au Congo. Le troisième piège est simple, ceux qui ont trahi le peuple congolais avant Samy Badibanga veulent se blanchir en s'en prenant à lui.

Lire la suite

lundi 14 novembre 2016

RDC: RFI bâillonné par l'arrêté liberticide du Vuvuzélateur Lambert Mende, à quoi sert le CSAC ?

Aphone, depuis l'arrêté N°010 signé par le Vuvuzélateur Lambert Mende qui bâillonne et muselle RFI, on se pose la question à quoi sert le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et de Communication (CSAC) en République démocratique du Congo ? Corrompu et frelaté, le CSAC est l'ombre de lui-même. Payés par Alias Joseph Kabila qui nomme ses membres, le CSAC est sous les ordres et ne sert à rien. Ses membres sont à la mangeoire du régime d'imposture qui trône abusivement, en toute illégitimité et impunité au Congo-Kinshasa.

Lambert Mende nous ramène à l'époque de la pensée unique mobutienne. Le Goebbels d'Alias Joseph Kabila n'est plus habilité à signer un arrêté pour suspendre des médias. Or depuis des années 1990, après le discours "Comprenez mon émotion", nous sommes plusieurs à nous être battus pour un pluralisme médiatique et la pluralité d'opinions en République démocratique du Congo. Nous nous étions battus pour que le ministre de l'information du régime prédateur de la liberté d'expression et de presse ne soit plus juge et partie, que les médias en RDC aient un organe de régulation.

A l'issue du dialogue inter-congolais à Sun-City en Afrique du Sud, il y eut 5 institutions d'appui à la démocratie: la Commission Électorale Indépendante (CEI), la Haute Autorité des Médias (HAM), la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), l’Observatoire National des Droits de l’Homme (ONDH) et la Commission de l’Ethique et de la Lutte contre la corruption. De 2002 à 2006, au lieu d'instaurer, d'encourager la démocratie, ces institutions devinrent des caisses de résonnance des animateurs de la transition méprisant le peuple qu'ils étaient censés défendre.

Nommé par Alias Joseph Kabila à la tête de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi fit un deal avec l'imposteur. Corrompu avec des espèces sonnantes et trébuchantes, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi au lieu de réguler les médias transformant la HAM en étouffoir des libertés ! La HAM devint répressive. Les journalistes bâillonnés, médias muselés et opposants interdits de passer aux médias. Dans l'entre-temps, "Momo" va quitter la maison familiale à Ngaba et va s'acheter des villas à Kinshasa. Tout en étant Président de la HAM, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi va s'octroyer Radio 7 et Télé 7 sans que cela n'offusque les bonnes consciences ni les bailleurs de fonds de l'Union européenne. Modeste Mutinga Mutuishayi ira trop loin. Pour favoriser alias Joseph Kabila contre Jean-Pierre Bemba, le président de la HAM va priver 65 millions des congolais du débat démocratique inscrit dans la Constitution de transition entre les deux candidats arrivés en lice: Jean-Pierre Bemba et Alias Joseph Kabila. Comme récompense, une fois frauduleusement élu en 2006, Alias Joseph Kabila sera nommé "Rapporteur au Sénat".

Il faut sauver la régulation en République démocratique du Congo. Il faut revenir sur les missions assignées à la Haute Autorité des Médias (HAM) et les faire évoluer. Voici les missions de la HAM:

Aux termes de l’article 9 de la organique la créant, la Haute Autorité des Médias a pour missions, notamment de :

Garantir la neutralité et l’équité des médias publics vis-à-vis des forces politiques et sociales, notamment lors des consultations politiques et électorales;

- Réguler le secteur des médias publics et privés commerciaux, confessionnels, associatifs et communautaires ;

- Mener, en cas de conflit des actions de médiation entre les différents protagonistes intéressés et intervenants dans le domaine des médias ;

- Veiller à la conformité des productions des radios, des télévisions et de la presse écrite aux lois de la République et l’éthique.

Dans l’accomplissement de ses missions, la Haute Autorité des Médias a été responsabilisée pour les tâches spécifiques suivantes :

- Veiller au respect de la loi sur les modalités de l’exercice de la liberté de la presse tant écrite qu’audiovisuel, en République Démocratique du Congo ;

- Veiller au développement technique et à l’accès des Médias congolais aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ;

- Conseiller le Gouvernement par des avis techniques à priori et ou à posteriori sur toutes les matières concernant les médias audiovisuels, notamment dans l’attribution des fréquences, et s’assurer du respect des Cahiers des charges par les opérateurs du secteur ;

- Veiller à la diffusion dans les médias de la culture de la paix, de la démocrate, et des informations favorisant le développement socio-économique ;

- Œuvrer pour la production des émissions, des programmes, des documentaires éducatifs et d’articles des journaux qui respectent les valeurs humaines, notamment la dignité de la femme, de la jeunesse, des personnes fiées et celles défavorisées ou vivant avec handicap ;

- Amener la presse à observer son propre code d’éthique et de déontologie ;

- Encourager la corporation de la presse à assurer son professionnalisme en formant et en recyclant ses membres ;

- Promouvoir la Culture de l’excellence ; - Élaborer son Règlement Intérieur ;

- Déposer à l’Assemblée Nationale et au Sénat un rapport financier et d’activités semestrielles ;

- Assurer la coordination entre les organisations - internationales du secteur des médias sur le plan technique et les opérateurs nationaux.

Lire la suite

mercredi 26 octobre 2016

Paris-CDG: Patchely Mikobi vs Kalev Mutond=6 à 0! Le chef des barbouzes de la Gestapo du régime de Kinshasa tabassé-Le Parisien (93) !

Le Parisien, le quotidien français a confirmé l'information, sur son site internet. Une information que le régime dictatorial et sanguinaire de Kinshasa a tenté de démentir à coups de communiqués à RTNC-Télé PPRD ! De bouche à oreille, l'information continue de circuler dans la diaspora congolaise. Le Parisien a parlé d'"Un dignitaire congolais frappé à Roissy" parlant de la République du Congo (Brazzaville) alors qu'il s'agit de l'autre Congo: la République démocratique du Congo. Les deux Congo n'ont rien de démocratique.

Des fins limiers de Réveil FM International se sont lancés dans l'investigation. Nous confirmons que Patchely Mikoby, un activiste, patriote et résistant congolais a rossé comme un gamin Kalev Mutond à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle 1. Le papa de Patchely Mikobi vient d'être enterré il y a quelques jours, liquider par le régime de Kinshasa. Ceci explique sans doute l'agissement de l'activiste Patchely Mikobi. Une vraie folie meurtrière s'en prendre au chef des barbouzes en plein aéroport de Roissy.

De questions demeurent sans réponses: Comment un chef des barbouzes peut-il venir en clandestin en France sans informer les autorités françaises ? Pourquoi Kalev Mutond agressé à Roissy a-t-il refusé de porter plainte auprès de la police française ? La police française a fait son boulot en interpellant l'activiste.

Si Patchely Mikobi a su que le monstrueux Kalev Mutond venait à Paris, est-il le seul dans la diaspora congolaise à être au courant ? Si tous les Congolais Anti-Kabila s'étaient rendus à Roissy 1, il y aurait des émeutes.

Kalev Mutond le bourreau d'Alias Joseph Kabila, l'imposteur fin deuxième mandat usurpé mais qui veut se maintenir par la force, est-il si fragile hors de Kinshasa ?

Le terroriste terrorisé

Rien que citer son nom "Kalev Mutond" fait trembler tous les citoyens congolais de la RDC. Kalev Mutond est tortionnaire, il tue, assassine...le chef des barbouzes au service de la dictature en RDC, est tout puissant et nargue tous les apparatchiks et mammouths joséphistes du régime d'imposture de Kinshasa.

Apprendre que Kalev Mutond s'est étalé comme un sac de pommes de terre pour avoir reçu quelques coups de poings aux joues. Ses lunettes de vue se sont envolées. Pendant qu'il criait au secours, au secours, au secours, tout en protégeant sa tête, le jeune homme Patchely Mikobi qui le tabassait comme un punching ball, lui criait dessus "Voici le tortionnaire du Congo" !

A 58 ans, Kalev Mutond n'a plus toute sa force face au jeune sportif et activiste Patchely Mikobi qui n'a que 38 ans dont le père vient d'être assassiné à Kinshasa par le même Kalev.

Des arrestations arbitraires qui pleuvent chez des paisibles citoyens, des personnes disparues, des écopés de la torture, tous les prisonniers politiques qui croupissent dans des geôles du régime: Eugène Diomi, Jean-Claude Muyambo, Prof. Huit Mulongo...sont des victimes du tortionnaire Kalev Mutond qui a tous pouvoirs et ne répond que de ses odieuses actions auprès de l'imposteur-usurpateur Alias Joseph Kabila.

Originaire du sud du Katanga, Kalev Mutond a 58 ans. Il a fait ses classes dans les jeunesses du Mouvement populaire de la révolution (MPR, Parti-Etat du Maréchal dictateur Mobutu). Kalev Mutond entre à l’ANR sous Mobutu, mais ce n’est qu’avec Hippolyte Kanambe Kazembere Alias Joseph Kabila qu’il connaît une véritable ascension : il devient chef du département de la sécurité intérieure de l’institution en 2007 avant de devenir son numéro un en 2011.

Malgré le démenti pourri du Vuvuzélateur Lambert Mende, Kalev Mutond, l'Administrateur générale de l'Agence nationale de renseignements (ANR), la Gestapo du régime de Kinshasa, a été rossé à Paris. Venu en catimini en France pour une mission suicide: assassiner des journalistes et résistants congolais, Kalev Mutond a vivement refuser de porter plainte. Ce qui était son droit !

Pour faire des déclarations alambiquées et tarabiscotées, sans doute, le Pinocchio et Goebbels d'Alias Joseph Kabila ignore que l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle est l'un des sites stratégiques de la République française:policiers, gendarmes, journalistes, caméras, passagers, vendeurs...Cela fait du monde tout ça .

Paris-Roissy est composé de trois aérogares, la deuxième comprend sept satellites. Roissy-CDG est la deuxième plus importante plate-forme de correspondance aéroportuaire d'Europe, après l'aéroport de Londres-Heathrow au Royaume-Uni, et le huitième aéroport mondial en 2014 pour le trafic passagers ( avec plus de 63,8 millions de passagers).

Rien que citer son nom "Kalev Mutond" fait trembler tous les citoyens congolais de la RDC. Kalev Mutond est tortionnaire, il tue, assassine...Il est tout puissant et nargue tous les apparatchiks et mamaouths joséphistes du régime d'imposture de Kinshasa.

Apprendre que Kalev Mutond s'est étalé comme un sac de pommes de terre pour avoir reçu quelques coups de poings aux joues. Ses lunettes de vue se sont envolées. Pendant qu'il criait au secours, au secours, au secours, tout en protégeant sa tête, le jeune homme Patchely Mikobi qui le tabassait comme un punching ball, lui criait "Voici le tortionnaire du Congo" !

A 58 ans, Kalev Mutond n'a plus toute sa force face au jeune sportif et activiste Patchely Mikobi qui n'a que 38 ans dont le père vient d'être assassiné à Kinshasa par le même Kalev.

Lire la suite

samedi 22 octobre 2016

RDC: Henri Mahangu, garçon de course de Vital Kamerhe Rwakanyasigize, est un buisson ardent de contradictions !

Prétentieux, arriviste et parvenu mais surtout opportuniste, un loser, une personne manquant d'assurance et enchaînant les mauvais choix ou coups du sort, avec ses costumes Low-cost du Boulevard Mangeta, Henri Mahangu Makambo est un profito-situationniste qui se clame être le Président de l'UNC-France. Le crypto-parti politique qui n'a pas d’adhérents ni sympathisants. Quel congolais sensé de la diaspora de France peut soutenir Vital Kamerhe Rwakanyasigize ? Fantomas du net, le garçon de course "Muana Bi Tinda" de Vital Kamerhe Rwakanyasigize fait beaucoup des bruits pour rien.

Un vrai politicard, qui ne sait rien de la politique, amoureux d'argent et de poste ministériel est prêt à tout. Sauf que Henri Mahangu réfléchit avec ses pieds et son nez. faiblard, pantouflard, l'homme est incapable d'aucun effort. Et croit qu'il va devenir Ministre du glissement du fameux troisième mandat d'Alias Joseph Kabila. Il y a quelques jours, incapable de répondre aux questions de la journaliste de Débat sur France 24, Henri Mahangu a étalé ses insuffisances en public.

Au fait comme Vital Kamerhe Rwakanyasigize, un tourneur de veste, d'ailleurs sa veste claque de partout tellement tourné et retourné, Henri Mahangu est aussi un ventripotent opportuniste.

L'UNC est un parti politique inexistant en France sauf dans la chauve tête d'Henri Mahangu. Vital Kamerhéon ne rase-t-il pas les murs lorsqu'il vient pour des soins en France ? Les congolais de la France, Belgique, Grande-Bretagne sont acquis à la résistance Anti-Hippolyte Kanamabe Kazembere Alias Joseph Kabila et son régime criminel.

Comment Henri Mahangu qui prétend lutter pour les droits de l'homme, lutter contre la pauvreté peut cautionner l'accord du camp Tshatshi ? Un accord issu du pseudo dialogue de Kodjo, accord non contraignant pour Alias Joseph Kabila, imposteur qui trône abusivement sur le Congo puis que l'usurpateur n'a même pas apposé sa signature. Accord qui offre un glissement politique bien savonné à Alias Joseph Kabila dont le second mandat prendra fin le 19 décembre 2016 à 23h59, mais qui repousse l'élection présidentielle en avril 2018 ! Accord de 300 délégués ventripotents et ventriotes qui veulent prendre tous les congolais en otage. Accord qui veut se substituer à la Constitution, qui le bafoue et le foule aux pieds. Accord signé dans un camp militaire, avec des chars loin de la population...un accord bidonné contre le peuple souverain, en bref un vrai complot contre le peuple souverain.

Le peuple congolais n'a pas mandaté Vital Kamerhe Rwakanyasigize l'autoproclamé pacificateur, au fait un faux pacificateur qui n'a qu'un seul objectif griller les vrais opposants mais surtout être nommé Premier ministre pour mieux tripatouiller la Constitution, déverrouiller les articles verrous et permettre à son son frère-ami Hippolyte Kanambe Kazembere Alias Joseph Kabila de demeurer au pouvoir. Or cela fait 16 ans que l'incapacitaire de Kingakati règne sur le Grand Congo en toute illégitimité et illégalité: Alias Joseph Kabila n'a jamais été élu. Il a été catapulté par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources.

Si le fourbe, roublard et dribbleur patenté Vital Kamerhe Rwakanyasigize est nommé Premier ministre, Henri Mahangu espère être son ministre des finances. D'où la volonté du garçon de course de maquiller les vérités sur les objectifs, Henri Mahangu ment honteusement comme son mentor VK.

Lire la suite