La radio qui vous écoute !

Réveil-FM-International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

mardi 22 juillet 2014

La webradio dominicaine "Notamusical.fr" honorée au Sénat !

Alexander Bellance, initiateur et créateur du webradio " Notamusical.fr", Aisha Syed Castro, la violoniste, Jean-Pierre Bel, Président du Sénat et Madame Rosa Margarita Hernández Caamaño de Grullón, ambassadrice de la République Dominicaine en France

Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années, dit-on. Grâce à un travail acharné, "Notamusical.fr" est une grande webradio qui n'a que trois ans. Les dominicains de France se reconnaissent dans cette webradio. Tenez, le journal de France 2 sur la fête de la musique du 21 juin dernier s'était ouvert avec des parisiens dansant la salsa dominicaine à la place de la République. C'est "Notamusical.fr" la première webradio dominicaine en France qui y faisait de l'animation. Alexander Bellance, initiateur et créateur de cette webradio qui est dédiée à la promotion des valeurs de la culture musicale dominicaine et des principes de la relation franco-dominicaine, via Internet et les réseaux sociaux, a eu le bonheur de recevoir de Jean-Pierre Bel, le président du Sénat la Médaille d'honneur dominicaine lors d'une cérémonie qui s'est déroulée au siège de la "Mission dominicaine", réalisée dans le cadre de la Semaine de l'Amérique Latine et des Caraïbes. Cette cérémonie a été présidée par M. Jean-Pierre Bel, Président du Sénat français; Alain Rouquié, Président de la chambre français d'Amérique Latine, et l'Ambassadeur Dominicain, Mme Rosa Hernandez Grullon. La cérémonie s'est déroulée en présence de l'ambassadrice de la République Dominicaine en France, Madame Rosa Margarita Hernández Caamaño de Grullón.

Alexander Bellance au Sénat

Alexander Bellance est un jeune qui a été accompagné par le GCP lors de la phase d'émergence et qui a également suivi les enseignements du DUCA, promotion 2013. La "Notamusical.fr" se spécialise dans la musique dominicaine, et elle fait de la différence. Revenons donc sur la fête de la musique à Paris.

La place de la République était le lieu idéale pour tous ceux qui aiment se trémousser et apprécient la musique 100% latina. Une foule compacte composée des jeunes, femmes et hommes, grâce à une bonne communication sur les réseaux sociaux s'étaient donnés rdv à la place de la République. De la bonne musique et de la danse en plus...

21 juin, fête de la musique, Freddy Mulongo entouré des jeunes dominicaines à la place de la République

Lire la suite

Vol MH17: les boîtes noires remises à la Malaisie, cessez-le-feu autour du site du crash

INTERNATIONAL - Menacés de décomposition dans la chaleur de l'été ukrainien, les corps des victimes du crash du vol MH17 ont quitté la zone de la catastrophe et étaient attendus mardi à Kharkiv, sous contrôle loyaliste, alors que les pressions sur Moscou ne cessaient de monter. Parallèlement, les pro-russes ont remis à une délégation malaisienne les deux boîtes noires de l'appareil et annoncé un cessez-le-feu autour du site du crash.

Boites noires Malaisie

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne devraient examiner à Bruxelles de nouvelles sanctions, mais sans aller au-delà du durcissement déjà prévu lors du sommet européen du 16 juillet, selon des sources diplomatiques. Pour l'adoption de sanctions économiques de grande ampleur dites "phase 3", il faut l'unanimité des 28 Etats membres et la convocation d'un nouveau sommet européen.

Le train réfrigéré a finalement quitté la gare de Torez, en zone rebelle, avec les corps de 282 des 298 passagers et membres de l'équipage, en majorité néerlandais, tués quatre jours plus tôt lors de la chute du Boeing malaisien vendredi.

Lundi soir, il se trouvait à Donetsk, d'où il devait repartir pour Kharkiv, ville sous contrôle des loyalistes, avec une délégation malaisienne. Les rebelles pro-russes ont remis à cette dernière dans la nuit à Donetsk les deux boîtes noires de l'avion de ligne.

Des boîtes noires intactes

Ils ont en même temps annoncé un cessez-le-feu dans un rayon de 10 km autour du site du crash du vol Amsterdam-Kuala Lumpur de Malaysia Airlines pour faciliter l'enquête sur sa chute, due, selon les Etats-Unis, à un missile tiré depuis leur zone.

"Nous avons décidé de remettre les boîtes noires aux mains des experts malaisiens", a déclaré le "Premier ministre" de la "République populaire de Donetsk" (DNR) autoproclamée, Alexandre Borodaï, devant quelque 150 journalistes assistant à l'événement à une heure du matin au siège des autorités rebelles.

Un expert malaisien a remercié ces dernières. "Nous n'avons pas retrouvé les boîtes noires du vol MH370 (disparu au-dessus de l'Océan Indien en mars, ndlr) et donc nous sommes contents de pouvoir récupérer celles-ci", a-t-il dit. "Je vois que les boîtes noires sont intactes et avec seulement des altérations mineures", a-t-il ajouté.

A Kharkiv, les corps seront examinés avant de repartir par avion pour Amsterdam. Ils seront remis aux Pays-Bas, tandis que la Malaisie récupère les boîtes noires, a expliqué le Premier ministre malaisien Najib Razak, selon lequel les enquêteurs internationaux auront "un accès sécurisé" à la zone de la catastrophe.

De Kharkiv, les restes humains seront transportés jusqu'à Amsterdam par un C130 néerlandais dans lequel se trouvera aussi l'équipe malaisienne. Ils y seront identifiés, puis remis à leurs familles via les services de leurs pays d'origine.

La Russie prête à fournir une "aide complète" pour l'enquête

De son côté, la Russie s'est dite mardi prête à fournir une aide "complète" à l'enquête sur le crash. "La Russie est prête à fournir une aide complète (à l'enquête), y compris en mobilisant les spécialistes appropriés", indique le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. "Nous croyons qu'une telle catastrophe doit être élucidée avec la participation active de l'Organisation de l'aviation civile internationale", qui dépend de l'ONU, ajoute le ministère.

L'Est de l'Ukraine est déchiré depuis plus de trois mois par un conflit armé entre les séparatistes pro-russes et les loyalistes, qui accusent Moscou de soutenir les rebelles. Ces derniers sont soupçonnés par Kiev et les Occidentaux d'avoir abattu l'avion de ligne malaisien avec des missiles fournis par la Russie.

Les pressions internationales se sont encore accrues sur Moscou, considéré comme le protecteur des rebelles. Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé l'UE à adopter des sanctions économiques d'envergure contre la Russie et à cesser toute vente d'armes à ce pays, pointant du doigt celles de la France.

Il est "temps (pour l'UE) de commencer à entrer dans la phase 3 des sanctions, donc par exemple je ne pense pas que de futures ventes d'armes de la part de n'importe quel pays d'Europe devraient se poursuivre", a-t-il dit devant la chambre des Communes, la chambre basse du parlement.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté lundi une résolution demandant aux séparatistes pro-russes de permettre un accès libre et sécurisé au site du crash, de protéger "l'intégrité" du site et de cesser les hostilités dans cette zone.

Lire la suite

Rétro. "Election Louis Michel 2006": Élu président Jean-Pierre Bemba avait accepté 50 millions de $, un hélicoptère de 7 places pour renoncer à son élection !

Devenu peintre-potier à la prison de la CPI à la Haye, l'emprisonnement de Jean-Pierre Bemba plait à plusieurs personnes. Arrêté en mai 2008 en Belgique en vertu d'un mandat de la CPI, il encourt cinq chefs d'inculpation pour crimes contre l'humanité et cinq autres pour crimes de guerre commis en Centrafrique en 2002 et 2003. Et son Mouvement de Libération du Congo (MLC), plus qu'une coquille vide, il est inexistant, réduit à un parti alimentaire du régime d'alias Joseph Kabila. Les François Mwamba Tshiyimbi, Antoine Ghonda Mangalibi, Olivier Kamitatu Etsou, Adam Bombole...tous des traites à la nation dont la traîtrise est XXXL. Des mbembistes devenus des mammouths joséphistes, à la mangeoire! En 2006, Jean Pierre Bemba avait gagné haut la main, les élections Louis Michel 2006 malgré la proclamation alambiquée du défroqué abbé Malu Malu. Jean-Pierre Bemba s'est toujours comporté en business man mais pas vraiment en acteur politique conséquent. Dans le gouvernement de 1+4=0 de l'après dialogue intercongolais de Sun-City, Jean-Pierre Bemba est le seul qui faisait peur à alias Joseph Kabila, pourquoi ? Contrairement aux autres seigneurs de guerre, Jean-Pierre Bemba est le seul qui détenait une milice 100% congolaise. Ses "fourmis" étaient craints. A Réveil FM International, nous savons que le temps peut être un handicap mais aussi un allier. Il faut laisser le temps au temps. Avec nos fins limiers, nous avons voulu comprendre cette phrase de Jean-Pierre Bemba: "J'ai accepté l’inacceptable".

C'est la cupidité qui a perdu Jean-Pierre Bemba. En tant que vice-président de la République, chargé de l'Economie et Finances, Jean-Pierre Bemba comme les trois autres vice-présidents et le président de transition percevait 100 mille $ par mois de 2002 à 2006. Jean-Pierre Bemba était au courant de sa victoire à l'élection présidentielle Louis Michel 2006. Les ambassadeurs du Comité international d’accompagnement de la transition (CIAT) vont le convaincre d'avoir perdu l'élection présidentielle. Créé en application de l'annexe IV de l'accord global et inclusif de Prétoria de 2002, le CIAT était composé des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie), de l'Afrique du Sud, de l'Angola, de la Belgique, du Canada, du Gabon, de la Zambie, de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Mission de l'ONU en RDC (MONUC). En échange Jean-Pierre Bemba a perçu 50 millions de $ versés sur ses comptes du Portugal, Brésil et d'Afrique du Sud. C'est Jean -Pierre Bemba lui -même qui avait fournit les trois numéros de compte. Un hélicoptère 7 places lui a été promis. Autres promesses alléchantes: qu'il serait le chef de l'opposition républicaine et percevrait un salaire de ministre. Il serait intouchable au régime d'alias Joseph Kabila et siégerait au Sénat. Une source nous rassure que Jean-Pierre Bemba n'a jamais su que le " new deal" allait se bruiter. C'est lorsque ses "Fourmis" ont été mis au parfum et qu'ils ont interpellé "Igwe" pour se défiler, faire un volte-face, Jean-Pierre Bemba s'est exclamé: "J'ai accepté l'inacceptable".

Lire la suite

lundi 21 juillet 2014

Effet papillon: Plus de 500 morts à Gaza, violents affrontements autour d'une synagogue de Sarcelles à l'issue de rassemblements interdits !

Manifestation calme qui a dégénéré après... à Sarcelles.

MANIFESTATION - Voitures incendiées, mobilier urbain saccagé, insultes et tensions... Des violences ont succédé dimanche 20 juillet dans l'après-midi à Sarcelles (Val-d'Oise) aux rassemblements simultanés et interdits de sympathisants pro-palestiniens et pro-israéliens. Selon Le Figaro, une synagogue a été la cible d'objets incendiaires.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place lundi matin, pour y dénoncer des "actes graves, intolérables" et des "violences antisémites". "Quand on s'approche d'une synagogue, qu'on brûle une épicerie parce qu'elle est tenue par un Juif, on commet un acte antisémite. Les choses doivent être qualifiées", a-t-il déploré devant la presse. "Ce n'est pas l'interdiction de la manifestation qui fait la violence, c'est la violence qui fait l’interdiction de la manifestation", a-t-il souligné devant la synagogue de Sarcelles, répétant "assumer" son choix de l'interdire.

De son côté, Roger Cukierman, le président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF), s'est alarmé lundi sur France Info: "On est en train d'importer le djihad contre les juifs de France. C'est la république qui est visée. On importe la guerre de Gaza en France. Ces centaines de jeunes doivent être mis hors d'état de nuire".

"Je suis prêt à soutenir le gouvernement s'il est présent en permanence, s'il est efficace, a assuré de son côté Xavier Bertrand (UMP) lundi sur RTL. Je me reconnais dans les propos tenus par Manuel Valls, d'une extrême fermeté, sur ce nouvel antisémitisme, sur cette façon dont nous devons surveiller sur les réseaux sociaux, la façon dont ces groupuscules qui s'en prennent à la France s'organisent pour agir", a poursuivi le député-maire de Saint-Quentin.

Pour la ministre de la Santé Marisol Touraine, sur i-Télé lundi, "il y a un risque d'antisémitisme fort dans notre pays".

Invité sur France 2 lundi, le frontiste Florian Philippot a lui estimé que ces débordements sont dûs à "l'immigration massive" en France.

Les faits de dimanche

Entourés d'un dispositif policier important, plusieurs manifestants pro-palestiniens avaient pris dimanche la parole près de la gare RER de Garges-Sarcelles pour dénoncer l'interdiction de manifester, mais avaient incité au calme, disant vouloir "éviter la casse".

C'est lors de la dispersion du rassemblement qu'une partie des jeunes manifestants se sont engouffrés dans la ville, vers des positions de CRS, renversant des poubelles et allumant pétards et fumigènes. Près de la mairie, au moins deux voitures ont été incendiées et plusieurs autres véhicules ont eu leurs vitres cassées. Une cabine téléphonique a été détruite et des poubelles incendiées.

Des dizaines de jeunes, aux visages masqués pour certains, ont cassé la vitrine d'une boutique de téléphonie et lancé des pierres en direction des policiers qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Selon Le Figaro, "certaines personnes" seraient par ailleurs parvenues à envahir le commissariat de Garges-lès-Gonesse. La police a depuis sécurisé le périmètre, indique le quotidien sur son site internet.

Tandis que des commerces étaient pillés, des policiers ont tiré des balles en caoutchouc en direction des casseurs, a constaté une journaliste de l'AFP. Des pilleurs ont ensuite saccagé un magasin de pompes funèbres, détruisant sa vitrine, dans une rue perpendiculaire à l'avenue Paul-Valéry, épicentre des violences en marge de la manifestation.

Un peu plus loin, des casseurs ont attaqué une pharmacie, qui a pris feu. Des jeunes filles ont saisi à l'intérieur du lait pour bébé. "On va chercher la caisse!" a lancé un casseur, la voix couverte par le bruit d'un hélicoptère de la police, qui tournoyait au-dessus de la ville, et par l'alarme d'une pizzéria dont la devanture avait été brisée.

Plus loin, l'accès à la synagogue de Sarcelles avait été entièrement bouclé, des cars de CRS barrant l'avenue. Devant son entrée, une trentaine de jeunes pro-israéliens y étaient armés de matraques et barres de fer, l'un d'entre eux agitant un drapeau israélien. Quelques dizaines de manifestants ont crié "Israël assassin!" près du barrage policier sur l'avenue, des dizaines d'autres leur ont répondu "Palestine on t'encule" de l'autre côté.

Initialement, un défilé pro-palestinien ainsi qu'un rassemblement pro-israélien organisé par la Ligue de défense juive (LDJ) avaient été prévus au même endroit, la gare RER, et à la même heure, incitant la mairie et la préfecture à interdire les deux. Sarcelles, parfois surnommée "la petite Jérusalem", compte une importante communauté juive séfarade.

Plusieurs journalistes ont été pris à partie par les manifestants. Un caméraman de télévision a été dépouillé de son matériel et un photographe de l'AFP a été agressé et légèrement blessé.

Lire la suite

dimanche 20 juillet 2014

72è anniversaire de la Rafle du Vel d'Hiv: Manuel Valls condamne les "débordements inacceptables" à Paris

20 juillet 2014, Manuel Valls lors de son discours au Vel d'Hiv

Alors qu'il commémorait les 72 ans de la rafle du Vel d'Hiv, dimanche à Paris, Manuel Valls a condamné les "débordements inacceptables" de la veille lors de la manifestation non autorisée, en soutien aux Palestiniens.

Manuel Valls, Premier ministre au Vél d'Hiv. Photos Réveil FM International

Lors de son discours pour commémorer les 72 ans de la rafle du Vel d'Hiv, Manuel Valls est revenu sur les affrontements entre manifestants pro-palestiniens et les forces de l'ordre, samedi à Paris. Pour le Premier ministre "les débordements inacceptables" de samedi "justifie d'autant plus le choix qui a été fait avec courage par le ministre de l'Intérieur d'interdire une manifestation". "La France ne laissera pas les esprits provocateurs alimenter je ne sais quel conflit entre les communautés", a-t-il insisté. Lors de ce discours, il a rappelé que "la lutte contre l'antisémitisme n'est pas seulement le combat des Juifs", mais celui de "chacun d'entre nous, de toute une nation." Alors que plusieurs partis ont accusé le gouvernement d'attiser les tensions en interdisant le rassemblement de samedi – le Nouveau parti anticapitaliste, entre autres avait maintenu l'appel à la mobilisation - , le chef du gouvernement en a appelé "à la responsabilité collective, celle de tous les responsables politiques mais aussi de tous nos compatriotes".

"La France répondra avec la plus grande force, la plus grande intransigeance" Très applaudi à la fin de son intervention, Manuel Valls a qualifié les heurts de dimanche dernier en marge d'une manifestation pro-palestinienne autorisée, au cours de laquelle des manifestants avaient essayé de pénétrer dans deux synagogues situées rue des Tournelles et rue de la Roquette, de "faits d'une extrême gravité.

Elisabeth Guigou, Sénatrice. Photo Réveil FM International

Nicole Bricq, ex ministre. Photo Réveil FM International

Jacques Toubon , Défenseur des droits. Photo Réveil FM International

Des "morts aux Juifs" ont été entendus ce jour-là, "une fois de plus. Une fois de trop!", a déploré Manuel Valls. "On s'en est pris à nouveau à des synagogues" alors que "nos synagogues, comme nos églises, nos temples, nos mosquées ce sont notre patrimoine commun, ce sont des parties indivisibles de la France, protégées par notre idéal de laïcité", a-t-il insisté.

Et Manuel Valls de conclure, "parce qu'elle se souvient, la France répondra avec la plus grande force, la plus grande intransigeance. En tout lieu. Et toujours."

Des "actes intolérables" dénonce Cazeneuve

Dans la foulée, Bernard Cazeneuve a lui aussi justifié une nouvelle fois l'interdiction de la manifestation de samedi. "Ce qui a occasionné les débordements d'hier, c'est l'irresponsabilité de ceux qui ne tenant pas compte du contexte" et "ont bravé cette interdiction" de manifester, a insisté le patron de la place Beauvau, rappelant les violences du 13 juillet dans la capitale. "A partir du moment où des manifestations sont l'occasion d'actes de violences et de propos haineux, cela signifie que ces manifestations peuvent être l'occasion d'affrontements, de déploiements de haine et de violences qui n'ont pas vocation à ronger la République de l'intérieur", a-t-il martelé en marge des commémorations du Vel d'Hiv.

Lire la suite

Sénat: Céline André, première femme à accéder au poste de huissier !

Les Huissiers du Sénat se tiennent à la disposition des Sénateurs pour l'accueil de leurs visiteurs et l'acheminement des messages. En séance, ils sont à la disposition du Président et, lors des scrutins, ils recueillent les bulletins de vote des Sénateurs sous le contrôle des Secrétaires du Sénat.

La chaîne et l'épée, symboles des fonctions d'huissier

Jean-Pierre Bel, Président du Sénat et Céline André

Pour la première fois, une femme devient huissier du Sénat. Céline André, 34 ans, a reçu la chaîne et l'épée des mains de Jean-Pierre Bel, le mercredi 4 juin dernier. Pour la première fois, une femme, Céline André, est devenue mercredi huissier du Sénat, le président de la Haute Assemblée Jean-Pierre Bel (PS) lui ayant remis la chaîne et l’épée, symboles de ses nouvelles fonctions, à l’occasion d’une cérémonie dans l’hémicycle. Céline André, 34 ans, avait réussi le concours interne pour intégrer le corps des huissiers de la séance. Après avoir travaillé dans la gendarmerie nationale, elle était entrée au Sénat le 1er septembre 2009.

"Par le passé, j'ai travaillé durant sept années au sein de la gendarmerie et plus particulièrement dans le corps de la garde républicaine. Mon intérêt pour le service des huissiers de la séance et du protocole vient pour partie de cette expérience. Alors que j'étais en poste au ministère des Affaires Etrangères, ma fonction m'amenait à venir fréquemment au Sénat et à échanger avec certains agents. C'est alors que j'ai décidé de me présenter au concours d'agent du Sénat.

En 2009, j'ai eu la joie et la surprise d'être reçue à ce concours. Une femme était major de ce concours, Mme Emmanuelle Mourgue.

Le recrutement des huissiers se fait en interne et les postulants sont soumis à un concours probatoire ouvert aux cadres des fonctionnaires en tenue (agents, jardiniers, surveillants, etc.).

En 2013, sachant que je répondais aux conditions nécessaires pour me présenter au concours d'huissier (à savoir une ancienneté d'au moins 4 ans dans les cadres du Sénat et une taille minimum), j'ai décidé de tenter ma chance et je me suis inscrite auprès du service des ressources humaines et de la formation. Pour prétendre à ce poste, tous les candidats ont dû se préparer aux différentes épreuves (test de reconnaissance physionomique, test d'écoute, etc). Nous sommes deux lauréats. Mon collègue Stéphane Ranouil a été reçu premier de cet examen probatoire et, de nouveau, je suis très surprise et heureuse d'être reçue seconde (et dernière!). Je viens tout juste d'intégrer mon poste, depuis le 1er juin 2014.

Il me faut dire que l'accueil de ma haute hiérarchie, de mes responsables et de mes nouveaux collègues a été très chaleureux. Je ne vous cacherai pas combien j'ai été émue lorsque le président du Sénat m'a fait l'honneur de me remettre mon épée et ma chaîne, signes distinctifs de ma nouvelle fonction. Je me sens épaulée et cela me met en confiance dans l'apprentissage de ce nouveau métier.

Je ne ressens pas une impression particulière, ni nouvelle, concernant la féminisation des cadres car j'évolue depuis le début de ma carrière au Sénat dans un environnement mixte. Cependant, je vois bien, à travers tous les messages de félicitations de mes collègues, que ce premier poste de femme huissier ne laisse pas indifférent et je tiens à remercier toutes celles et ceux qui m'ont prodigué leurs encouragements. Le cadre des agents a intégré une première femme en 1987. Après cette date, tous les services ont été féminisés. Depuis le 1er janvier 2014, le cadre des surveillants du Palais a lui aussi intégré pour la première fois une femme, Mme Alicia Bleunven. Elle était même major de son concours.

Lire la suite

samedi 19 juillet 2014

La conférence mondiale sur le sida frappée par le crash en Ukraine

Une centaine des passagers du vol Malaysia Airlines – chercheurs, médecins, militants – se rendaient à cette conférence, à Melbourne, selon la presse australienne.

Une centaine des 283 passagers de l’avion malaisien qui s’est écrasé jeudi en Ukraine étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida qui démarre ce week-end à Melbourne, avançaient vendredi les médias australiens. Chercheurs, praticiens et militants, tous spécialisés dans le domaine du sida, représentaient un bon tiers des passagers du vol MH17, rapportent les quotidiens The Australian et le Sydney Morning Herald, dont les informations ne pouvaient pas être confirmées dans l’immédiat.

Le Boeing 777 transportait 298 personnes (dont 15 membres d’équipage). Il effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, où une partie des passagers devaient ensuite embarquer dans un vol pour Melbourne. Selon le Sydney Morning Herald, des participants à une réunion d’avant conférence, à Sydney, ont été informés qu’une centaine de leurs collègues étaient à bord de l’avion, abattu jeudi au-dessus de l’Ukraine par un missile selon des responsables américains.

La présidente de la Société internationale sur le sida, la Française Françoise Barré-Sinoussi, a indiqué ne pas pouvoir confirmer que 108 participants à la conférence internationale sur le sida étaient à bord. La conférence ne sera pas annulée, a ajouté la présidente. «Nous avons décidé de continuer, nous pensons à eux et nous savons que c’est ce qu’ils aimeraient que nous fassions.»

«Mes pensées et mes prières vont aux familles de ceux qui ont disparu tragiquement à bord du vol MH17. Beaucoup de passagers étaient en route pour la conférence AIDS2014 ici à Melbourne», a écrit sur son compte Twitter Michel Sidibe, directeur d’Onusida, le programme qui coordonne l’action des agence de l’Onu pour lutter contre la pandémie.

Le chercheur néerlandais Joep Lange, ancien président de la Société internationale sur le sida, faisait vraisemblablement partie des passagers. «Plusieurs chercheurs, militants et responsables étaient à bord du vol de Malaysian Airlines en route pour Melbourne», a réagi le professeur et activiste américain Gregg Gonsalves, lui aussi sur Twitter, citant le nom de Lange parmi les victimes.

La Société internationale sur le sida, qui organise la conférence internationale sur cette maladie, a confirmé dans un communiqué que «plusieurs de nos collègues et amis» étaient en route pour Melbourne à bord de l’appareil, mais n’a pas donné de chiffre. Cette conférence internationale se tient tous les deux ans et sa 20e édition ouvre dimanche à Melbourne.

Lire la suite

vendredi 18 juillet 2014

WikiStrike: L'avion de Poutine quasi identique au MH17 est passé au même endroit 37 minutes avant

Et si Poutine avait été visé ? L'assassiner au-dessus d'une région pro-russe en plein conflit, une aubaine et un rêve d'occidentaux...

L'avion de Poutine quasi identique au MH17 est passé au même endroit 37 minutes avant

Le vol MH17 de Malaysian Airlines suivait une trajectoire quasi identique à celle du jet du président russe Vladimir Poutine peu de temps avant le crash qui a fait 295 victimes, selon des sources citées par l'agence de presse Interfax.

« Je peux dire que l'avion de Poutine et le Boeing de la Malaysian Airlines se sont croisés au même point et au même échelon, à proximité de Varsovie, sur un échelon de 330-m, à une altitude de 10 000 mètres. Le jet présidentiel se trouvait à cet endroit à 16h21 heure de Moscou, et l'avion de la Malaysian Airlines à 15h44 heure de Moscou », a déclaré une source à l'agence de presse sous condition d'anonymat.

« Les contours des deux avions sont similaires, les dimensions linéaires sont également très similaires ; quant à la couleur, à forte distance, ils sont quasi identiques », a ajouté la source.

Le vol MH17, qui a décollé d'Amsterdam à destination de Kuala Lumpur et qui transportait 295 passagers, s'est écrasé en Ukraine.

Le vol commercial devait pénétrer dans l'espace aérien russe à 17h20 heure locale, mais ne l'a jamais fait, a déclaré une source de l'industrie d'aviation russe citée par Reuters.

L'avion s'est écrasé à 60 km de la frontière ; il avait un signal d'urgence, selon une source citée par ITAR-TASS.

Poutine passe 37 minutes, mais le MH17 a 15 minutes de retard, donc celui aurait dû se trouver devant à seulement 22 minutes.

Lire la suite

Crash en Ukraine : qui sont les passagers du vol MH17 ?

Le Boeing 777, qui s'est écrasé à l'est du pays jeudi, transportait 298 personnes, dont 15 membres d'équipage.

On commence à en savoir un peu plus sur l'identité des passagers du vol MH17, qui s'est écrasé en Ukraine, jeudi 17 juillet. Même si pour 20 d'entre eux, les identifications sont toujours en cours. Selon la compagnie Malaysia Airlines (en anglais), sur l'ensemble des passagers, 189 étaient Hollandais, 44 Malaysiens, dont les 15 membres de l'équipage, 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Anglais, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins, 1 Canadien et 1 Néo-Zélandais. La nationalité de quatre passagers reste inconnu.

Par ailleurs, une centaine de personnes étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida, qui démarre ce week-end à Melbourne (Australie). Le Boeing 777 effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, où une partie des passagers devaient ensuite embarquer dans un vol pour Melbourne.

D'éminents chercheurs sur le sida

Buzzfeed (en anglais) signale que, parmi eux, se trouvait Joep Lange, un chercheur éminent sur le sida, ainsi que Glenn Raymond Thomas, un porte-parole du département halte à la tuberculose de l'OMS. Sur Twitter, des collègues leur ont rapidement rendu hommage.

"Joep Lange était un des principaux chercheurs et cliniciens sur le sida. Il était un militant dans l'âme. Parti trop tôt aujourd'hui sur vol de la Malaysia Airlines. Repose en paix".

"Triste d'apprendre que mon ami et collègue de l'@OMS qui se rendait à la @conférence_sur_le_sida de Melbourne se trouvait sur le vol #MH17. RIP #Glenn Thomas"

Selon le Huffingtonpost, la docteur Rachel Baggaley a, pour sa part, déclaré à Vox (en anglais), à propos de Glenn Raymond Thomas : "Je suis dévastée. C'était un collègue très proche avec qui je travaillais quotidiennement. Il venait tout juste de célébrer son anniversaire et avait prévu plein d'activités pour souligner l'événement."

La présidente de la Société internationale sur le sida, la Française Francoise Barré-Sinoussi, a indiqué que la conférence ne sera pas annulée : "Nous avons décidé de continuer, nous pensons à eux et nous savons que c'est ce qu'ils aimeraient que nous fassions."

The Guardian (en anglais) évoque, lui, la disparition de Pim de Kuijer, un ancien membre du Parlement européen. "Pim croyait à la bonne entente entre les pays, à un état de droit et à l'égalité pour tous, et il se battait pour ces idéaux à travers son travail et ses activités politiques. Je souhaite que nous lui rendions hommage en redoublant d'ardeur pour parvenir à vivre dans un monde en paix", a déclaré un de ses collègues et amis.

Des familles australiennes

Vingt-sept Australiens figurent parmi la liste des victimes. The Sidney Morning Herald (en anglais) évoque un couple, qui venait de se marier et qui effectuait un voyage de noces en Europe. Un grand-père et son petit-fils revenaient aussi du Vieux continent tout comme plusieurs familles avec des enfants. Une sœur travaillant dans une école se trouvait aussi parmi les passagers. "C'était une personne passionnée et aimée de tous" a déclaré au journal australien une étudiante.

Des enfants

Outre ceux des familles australiennes, il y aurait 85 enfants présents dans le vol MH17, selon François Beaudonnet, le correspondant de France 2 à Amsterdam.

Une famille déjà victime du vol MH370

Le sort s'acharne sur leur famille. Kaylene Mann avait déjà perdu son frère Rod et sa belle-soeur Mary, disparus dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines en mars. Cette Australienne a appris vendredi que sa belle-fille Maree était à bord du vol MH17 de la même compagnie, rapporte Associated Press (en anglais).

D'après les témoignages recueillis par l'agence, Maree et son mari Albert, originaires de Melbourne, revenait de quatre semaines en Europe. La famille ne tient pas grief à Malaysia Airlines pour ce nouveau crash : "Personne ne pouvait prévoir que l'avion allait être abattu, ils n'y peuvent rien", répond un des membres.

Un steward dont la femme a échappé au drame du vol MH370

Sanjid Singh, steward de la Malaysia Airlines et membre d'équipage, fait partie des victimes, relaie l'Express, qui cite The Malaysianinsider (en anglais). L'homme n'était pas censé prendre l'avion. Il a changé à Kuala Lumpur (Malaisie) avec un autre membre de l'équipage. Mais l'histoire est plus dramatique encore. "Sa femme, hôtesse chez Malaysia Airlines, a échappé à la mort", explique le quotidien. Elle a laissé "sa place sur le vol MH370 à une collègue qui souhaitait aller à Pékin (Chine). Ce même vol de la Malaysia Airlines a disparu au large du Viêtnam avec 239 personnes à son bord", détaille l'Express.

Deux supporters du club de Newcastle

Parmi les neufs anglais figurent deux supporters du club de football de Newcastle : John Alder et Liam Sweeney. Le club a salué leur mémoire dans un communiqué (en anglais) : "la perte de John et Liam est une nouvelle vraiment dévastatrice", a déclaré Lee Charnley, l'un des cadres du club. Les deux hommes se rendaient en Nouvelle-Zélande pour suivre la tournée d'été de leur club.

Des Français ?

L'incertitude persiste, vendredi 18 juillet, après les errances du gouvernement français. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier n'était pas en mesure d'infirmer ou de confirmer la présence de Français à bord du vol MH17, rapporte RTL.

Lire la suite

Accrédités de Kingakati-Château Rouge-Barbès: "La guerre de tous contre tous" ?

Invisibles, sans adresse fixe connue, ils sont des fantômas ! Les accrédités de Kingakati-Château Rouge-Barbès sont des situationnistes, obscurantistes et zombies du net qui tapissent l'internet pour défendre le régime odieux, glouton en assassinat, sanguinaire, anti-peuple et autocratique d'alias Joseph Kabila. A Paris, c'est à visage découvert que Freddy Mulongo-Réveil FM International et Roger Bongos-Afrique Rédaction que nous nous exprimons librement bravant la terreur qui sévit actuellement au Congo-démocratique dans le chef des journalistes congolais dont la majorité est transformé en thuriféraires et coupagistes du régime.

Février 2011, Freddy Mulongo-Réveil FM International et Roger Bongos-Afrique Rédaction au Centre d'Accueil de la Presse Étrangère (Cape), le lendemain de l'agression de Roger Bongos par les barbouzes de Myra Ndjoku. Photos Réveil FM International, archives

Depuis 1999 sur la bande FM 105.4 Mhz à Kinshasa et depuis mars 2007 sur le net notre ligne éditoriale est la même: "Défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse". Il est bizarre de constater que ceux à qui nous avions librement donné la parole pour qu'ils s'expriment sur ce principe inaliénable de la "Liberté d'expression" aient le toupet et culot de nous dire que nous n'avions pas le droit d'interviewé Vital Kamerhe, président de l'UNC. Peut-être ont-ils cru que c'est pour leurs beaux yeux, leur intelligence, qu'on les avaient donné la libre parole dans nos médias, pas d'autres. Même un expulsé de Sarkozy, incapable d'acheter un café à 1,20 euro à quelqu'un s'est mis à supputer que nous avions reçu des millions pour faire l'interview. Pauvre type ! Le plus déconcertant est que ceux qui connaissent notre passion, notre dévouement pour notre métier, notre conscience professionnelle et probité ont pu garder silence. Des vrais lâches. "C'est par lâcheté qu'on perd ses amis, et pour les avoir perdus, on devient encore plus lâche" déclarait Jean Rostand. La presse a la mémoire, les journalistes ne sont pas des amnésiques.

Roger Bongos à Bercy. Photo Réveil FM International

Roger Bongos lors de l'exposition "Femmes Résistances" au Sénat. Photo Réveil FM International

Pour rappel: Le jour où notre confrère et frère Roger Bongos a été lâchement agressé par les barbouzes de Myra Ndjoku à la gare. Le premier média a réagir et à manifester sa solidarité fut Réveil FM International avant que Reporters Sans Frontières ne s'en mêle. Dans un article du mercredi 23 février 2011 intitulé: Face aux Kabileries et barbouzeries contre des journalistes Congolais, défendre la liberté d'expression, la liberté de presse ! Nous écrivions: A Paris, ville des lumières et capitale du pays des droits de l'homme, le dimanche 13 février 2011, notre confrère Roger Bongos a été sauvagement agressé à la Gare du Nord lors de la venue en catimini de Olive Lembe Disita Kabila, first lady du Congo dit "démocratique". Le Thalys était arrivé vers 14h45, Roger Bongos avec son réflexe journalistique, caméra aux bras s'était mis à filmer, les barbouzes qui accompagnaient Olive Lembe Disita Kabila, plus les "Tontons Macoutes" de Myra Ndjoku, ont plaqué Roger Bongos par terre, essayant de le traîner sur les rails, lui broyant les doigts pour qu'il relâche sa caméra. Dans cette agression gratuite en plein période d'opération "Vigipirate", notre confrère à protéger sa tête pour ne pas tomber dans le quai mais aussi la caméra. Roger Bongos a pu s'en sortir parce qu'il est un colosse, un vrai malabar, s'il était chétif sans doute qu'il y restait. C'est un "Gaulois" qui est venu à rescousse de notre confrère menaçant "Les barbouzes et Tontons Macoutes" avec cette phrase: "ça suffit maintenant, vous n'êtes pas dans une République bananière. Le journaliste a droit de faire son travail". Roger Bongos est le troisième journaliste de la République démocratique du Congo a être agressé gratuitement par les sbires du régime dictatorial totalitaire de Kinshasa. Les Kabileries riment avec barbouzeries.. Cette vidéo est un testament incontestable de l'engagement de notre confrère Roger Bongos.


OLIVE KABILA A LA GARE DU NORD VENUE EN CATIMINI par afriqueredaction

Sans ambages, nous avions mené une guerre médiatique au fameux ambassadeur plénipotentiaire Myra Ndjoku qui se comportait en barbouze à Paris. Il est décédé sans avoir réussi à accomplir sa mission de déstabilisation de la résistance congolaise en France.

Samedi 28 février 2012, Freddy Mulongo et Manuel Valls, Premier ministre à l'époque Directeur chargé de communication lors de la campagne de François Hollande, au Zénith de Limoges. Photo Réveil FM International, archives

Embrouilleurs, les accrédité de Kingakati-Château Rouge-Barbès sont des joséphistes turiféraires du régime de Kinshasa, ils sont des infiltrés dans la diaspora congolaise "Tokokundola bango nyonso". Les accrédité de Kingakati-Château Rouge-Barbès vivent sous l'eau "Na se ya mayi" dans les eaux profondes. Ils vivent cacher et ne sortent des eaux non pour prendre un bol d'air, de l'oxygène, non pour respirer l'air frais mais pour faire diversion, invente des allégations, fabrique des ragots, rumeurs et surtout torpiller le travail qui est fait par les Congolais dans la résistance.

Aéroport de Roissy Charles de Gaulle, Freddy Mulongo avant le voyage officiel du Premier ministre au Canada. Photos Réveil FM International, archives

La France est une grande nation, cinquième puissance mondiale, elle a beaucoup d'atouts. En France, on compte plus de 36 000 journalistes parmi eux une poignée des Congolais connus et reconnus. Nous ne sommes très nombreux à travailler avec les institutions françaises, mais ceux qui sont accrédités font du bon travail, leur indépendance d'esprit et professionnalisme sont reconnus. Il est vraiment aberrant que l'expulsé de Nicolas Sarkozy, ses fanatiques veuillent "moutonner" les journalistes de la diaspora congolaise. Alors que la liberté d'expression est fondamentale au pays de Voltaire, des écervelés croient qu'ils peuvent piétiner le droit des journalistes d'exercer librement leur métier sans retour de la manivelle ? Pourquoi un journaliste congolais n'a pas le droit d'interviewer qui il veut ? Qui a donc érigé cette censure au sein de la communauté congolaise ? Ceux qui se font appeler pompeusement "Excellence", sans ricaner, alors qu'ils n'ont aucun pouvoir et s'autorisent à vilipender les journalistes congolais qui font "En toute liberté" leur travail, que ne feront-ils pas si par malheur ils arrivaient au pouvoir ? Les journalistes seront muselés, bâillonnés voire assassinés comme avec le régime actuel de Kinshasa que nous dénonçons et déplorons. Pas question de se laisser faire, ni de se laisser piétiner par ceux là mêmes qui par leur autocratisme et gestion alambiquée du Congo ont contribué à la descente aux enfers du pays de Simon Kimbangu, et depuis des lustres qu'ils parlent de la libération, une vraie arlésienne qu'on ne voit rien venir !

Freddy Mulongo dans l'avion de la République française. Photo Réveil FM International, archives

Hélène Hug, journaliste politique de France 2 et Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International, archives

Freddy Mulongo et l'équipage de l'avion de la République française. Photo Réveil FM International,archives

Lire la suite

jeudi 17 juillet 2014

"Allô, c'est Jean-Claude Muyambo, je suis à Kikwit" ! Fieffé menteur le fameux "Ami des animaux-440ha" se cache à Lubumbashi !

Le pot aux roses vient d'être découvert ! L'épouse du cabotin Jean-Claude Muyambo est juge présidente au parquet de Lubumbashi. C'est cette complicité qui explique la spoliation à grand échelle de celui qui s'est autoproclamé avocat et n'a jamais gagné aucun procès. C'est "Jojo" qui fait disparaître des plaintes et documents contre son spoliateur de mari au parquet. Une vraie mafia: Jean-Claude Muyambo spolie, "Jojo" la protège !

Jean-Claude Muyambo "Joe Dalton"

Depuis le décès le 12 juin dernier de Papa Paul Mujinga Kalala pour kidnapping, maltraitance et emprisonnement à la prison de Kassapa par le cabotin-spoliateur Jean-Claude Muyambo, papa Paul Mujinga Kalala qui repose désormais au cimetière de Kasungami côté commune Katuba à Lubumbashi, laissant dans la détresse, une veuve Mama Jeanne Kalume Kasongo et treize enfants. Papa Paul Mujinga Kalala n'était pas propriétaire mais gardien de la parcelle de Mama Théthé spoliée par Jean-Claude Muyambo. Coup de théâtre pour se soustraire des convocations de la justice, en bon fieffé menteur, Jean-Claude Muyambo se cache dans son "Muyambo Park" 440 ha mais répond au téléphone qu'il est à "Kikwit" dans la province du Bandundu. Et lorsqu'on se rabat sur les téléphones de ses avocats: Maître Akim: 00243813238370 et Michel: 00243818084292, c'est la même chanson. Un spoliateur est comme pyromane, il est pagailleur par nature, il fout la pagaille. Jean-Claude Muyambo dans sa spoliation effrénée à Lubumbashi a déjà un mort dans sa conscience.

Jean-Claude Muyambo "Joe Dalton"

Il se croit tout permis à Lubumbashi dans le Katanga. Fieffé menteur, Jean-Claude Muyambo, spoliateur

Signalons que le 4 février 2014, Papa Paul Mujinga Kalala n'était pas kidnappé seul. Il y a aussi Papa Gaby Kynugu Mukalay victime du kidnapping de Jean-Claude Muyambo. C'est sous la torture qu'on a arraché la signature à Papa Gaby Kyungu Mukalay afin que Jean-Claude Muyambo en devienne propriétaire. D'ailleurs à la mort de Papa Paul Mujinga Kalala à la prison de Kasapa, pour faire diversion Papa Gaby Kyungu Mukalay a été déplacé de la cellule 11 à celle du N°1. C'est "Jojo" la juge présidente et épouse de Jean-Claude Muyambo a fait des pressions sur le directeur de la prison de Kasapa, Monsieur Justin Kasuku.

Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba, la "Jeanne d'Arc" de la dynastie Mulongo

C'est une femme qui fait peur à Jean-Claude Muyambo. Le terroriste est terrorisé, il vit caché à Lubumbashi mais répond à son téléphone qu'il est à Kikwit.

De manière décomplexée, avec beaucoup de détermination mais surtout en s'inspirant de son père David Mulongo Wakumu Nwa na Leza Diwi dia Ntambo, premier intellectuel, évolué à l'époque coloniale et administrateur de territoire à Malemba-Nkulu dans le Nord Katanga, que Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba tient tête à l'un des mafieux de la province: Jean-Claude Muyambo. Homme de paix qui n'a jamais cherché noise à personne, pasteur méthodiste, David Mulongo Wa Kumwa Na Leza Diwi Dia Ntambo aura été toute sa vie un homme pacifique.

Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba, est la fille cadette du pasteur. Comme toutes les filles cadettes, elle a été aimée, choyée et gâtée par ses parents. Elle n'a jamais manqué de rien. Peut-elle être impressionnée par un arriviste, opportuniste et situationniste comme le fameux cabotin Jean-Claude Muyambo ? Non.

Elle a organisé un collectif des victimes de Jean-Claude Muyambo, elle a porté plainte en bonne et due forme, avec des victimes, elle a mobilisé les Ong des droits de l'homme, elle vient avec les victimes d'écrire une lettre ouverte à Jean-Claude Muyambo ! A Paris et Bruxelles, ses avocats peaufinent les dossiers.

Lire la suite

Le Front Civil de Résistance Populaire, deux ans déjà !

Paul Kahumbu Ntumba, membre du Directoire du Front Civil de Résistance Populaire. Photo Réveil FM International, archives

Pour mieux agir il faut se structurer. Les "Lions" de la résistance qui ont combattu le régime du dictateur Mobutu qui l'ont mis KO et qui savent que le régime actuel d'usurpation qui règne par défi actuel des Mammouths joséphistes n'est qu'n régime de la grenouille qui veut être aussi grosse que le bœuf ! Le Directoire du Front Civil de Résistance Populaire a célébré ses deux ans d'existence à Lausanne, le 30 juin dernier, dans la sérénité: "une veillé d'arme, sans tambours ni trompettes pour constater le chemin parcouru". Comme on dit:"Bakendaka bokila na batu ya Makelele té", "On ne va jamais à la chasse avec des bruiteurs". A l'issue de leur réunion à huis clos Paul Kahumbu membre du Directoire a fait la déclaration suivante au nom du Front Civil de Résistance Populaire:

Avant de se rendre à Lausanne pour la veillée d'arme du Front Civil de Résistance Populaire, Jean-Kalama Ilunga, membre du Directoire avait répondu à nos questions au Centre George Pompidou Beaubourg à Paris. L'ancien conseil culturel de M'zée Laurent Désiré Kabila demeure égal à lui-même. Il n'a pas changé d'un seul iota ses convictions à l'égard du régime qui sévit à Kinshasa. Pour s'en convaincre il s'appui sur l'histoire que lui a connu, à la quelle il a participé: "Le Maréchal Mobutu était tout puissant, accueilli en grande pompe dans les capitales occidentales, craint par d'autres chefs d'Etat mais il a été renversé, sa fuite demeure historique...Le régime actuel qui a assassiné et trahi les idéaux de M'zée Laurent Désiré Kabila ne vaut rien, il est trop léger et ne pèse même pas sur l'échiquier national et international. Il se maintient par défi et terreur".

Jean-Kalama Ilunga. Photo Réveil FM International

Réveil FM International avait couvert la première veillée d'arme à Lausanne. Rétrospective:

Veillée d'armes avec Simon Kimbangu et Patrice Lumumba à Lausanne

Par Freddy Mulongo, jeudi 7 juillet 2011 Radio Réveil FM International

Des Congolais de la Suisse ont organisé le 2 juillet 2011 de 15h-22h30 au Pôle Sud à Lausanne, une veillée d'armes de réarmement moral avec deux figures de prou de la résistance congolaise, deux personnalités importantes du Congo: Simon Kimbangu et Patrice Emery Lumumba dont les discours et les actes pour la libération du Congo ont été passées au peigne fin, pour briser les chaînes de l'esclavage actuelles des apparatchiks josephistes, prédateurs de richesses du Congo. Le maître d'oeuvre de cette veillée d'arme pacifique: Paul Kahumbu Ntumba. L'ancien président de l'Udps Suisse, entré depuis en résistance contre l'occupation du Congo n'est allé par quatre chemins: "Nous ne sommes pas pour faire des jérémiades sur notre pays, le constat est connu. Nous sommes là pour réflechir, pourquoi nous nous sommes laissés faire ? Comment avons-nous accepter que des marchands du temple puissent entrer dans notre maison commune ? Et comment faire pour bouter dehors de notre pays des prédateurs vampirisants assoiffés de sang de congolais et de surcroît pillards de nos richesses ?" Les orateurs ont été à la hauteur: M'zée Pierre Yambuya, l'honoraire Directeur Général de la DGM a rappelé son passé de maquisards avec des vieux résistants depuis 1960 au lendemain de notre "indépendance". Il a signifié que la résistance congolaise doit se donner des vrais objectifs et des moyens pour des actions concrètes. Le Dr. Fweley Diangituka est allé dans le même sens, interpellant de vive voix les Congolais sur leur passivité face aux dérives dictatoriales du pouvoir de Kinshasa.

Patrice Emery Lumumba, l’un des pères de l’indépendance de la République Démocratique du Congo fut assassiné et inhumé dans une même fosse commune avec ses amis Mpolo et Okito à Shilatembo au Katanga. Photo Réveil FM International, archives

Les Congolais sont chosifiés, paupérisés à volonté par une bande de mafieux qui ont été chassés mais qui sont revenu avec les méthodes et les mêmes erreurs. C'est la même classe politique constitué des mammouths et dinosaures saupoudré de quelques Kadogos, Nitendoïstes, arrivistes, parvenus et opportunistes qui règne au Congo. Ni Tata Simon Kimbangu, ni Patrice Emery Lumumba n'ont pris des armes pour gagner les coloniaux. Leur force mental, convictions politiques libératrices et incorruptibilité étaient déterminants face aux forces maléfiques des coloniaux dont la tactique était simple : diviser pour mieux régner par la corruption. Si Tata Simon Kimbangu était corruptible, il n'aurait pas été le plus long prisonnier de la terre africaine, 30 ans de prison alors que Nelson Mandela n'en a fait que 27. Si Patrice Emery Lumumba n'aimait pas le Congo, n'avait pas une vision unitaire de ce pays, était corruptible comme d'autres congolais qui l'ont trahi, il serait resté longtemps au pouvoir. Dans le premier gouvernement de Mobutu, après son coup d'Etat de novembre 1965, on retrouvait les mêmes pseudo-lumumbistes qui l'avaient trahi. Le tout-puissant Mobutu Sese Seko n'a jamais pensé qu'il quitterait le pouvoir par la petite porte en fuyant le Congo. Devenu dictateur et autoproclamé Maréchal, l'ogre de Kawele qui avait un palais à Savigny, n'y mettait plus les pieds tellement des Congolais de la Suisse s'étaient dressés comme un seul homme face à sa dictature. Même la Suisse oú il avait un palais s'était permis de lui refuser le visa. L'homme qui avait pillè le Congo, dont la toque de léopard équivalait à la dette extérieur de la République démocratique du Congo ex-Zaïre, est mort au Maroc dans un anonymat complet, enterré par 14 personnes. Joseph Kabila avec sa dictature totalitaire et sa mains mise sur toutes les institutions du Congo, est sur les traces de Mobtu Sese Seko. Les fronts de Congolais de la Suisse sont dressés contre la dictature de Jo Ka et ses Joséphistes-Mobutistes qui ont fait du Congo, un Non-Etat.

Samedi 2 juillet 2011, Freddy Mulongo et Paul Kahumbu Ntumba, architecte de la veillée d'armes, au Pôle Sud à Lausanne. Photo Réveil FM International, archives

En France, Henri Queuille, homme politique français, plusieurs fois ministre sous la Troisième République, qui fut trois fois président du Conseil sous la Quatrième République, est connu non seulement en raison de sa longue carrière politique, en particulier sous la IVe République, et mais surtout des citations lapidaires qu'il a pu faire sur l'exercice du pouvoir, Henri Queuille (« le petit père Queuille », comme on le surnommait) a fini par devenir le symbole de l'inefficacité et du discrédit de la IVe République, empêtrée dans le régime des partis et, plus généralement, d'une certaine conception de la politique placée sous le sceau de l'impuissance fataliste et cynique. Ses jugements politiques devinrent des vérités ! "La politique, ce n'est pas de résoudre les problèmes, c'est de faire taire ceux qui les posent"

En République démocratique du Congo on fait taire des Congolais par des assassinats, arrestations arbitraires, viols, tortures, empoisonnements...en toute impunité. Des troubadours dont la macabreuse vision est la balkanisation du Congo arrivent avec Kalachnikov à la main, pillent, violent, tuent, emprisonnent de paisibles citoyens parce qu'ils se sont emparés du pouvoir. Ils esclavagent et colonisent à leur gré. Puisque Mobutu Sese seko a fait 32 ans au pouvoir, les Kuluneurs de la République estiment qu'ils doivent en faire autant. Ils tripatouillent à la Constitution à leur guise, ils achètent les consciences de quelque séditieux et ambitieux avec de miettes du pillage de l'économie congolaise. Les nouveaux millionnaires du dimanche ne lésinent sur aucun moyen. Ils se pavanent en étalant leur richesse acquise en un temps record. Et pourtant, le Congolais vit aujourd'hui avec moins de 1$ par jour, 90% de Congolais sont chômeurs, 5 millions d'enfants sont analphabètes, les shegués ou enfants de la rue sont dans toutes les grandes villes du pays...

En hypothéquant les richesses congolaises, avec des contrats léonins Chinois, les Kuluneurs en cravate de la République espéraient enter-louper les congolais en silence. Il s'avère que des chinois font de clones de beignets (Mikaté) concurrençant de mamans congolaises dans leur petit gagne pain. Les deux fontaines délestées en eau de la place de la gare centrale à Kinshasa signifie-t-il le développement du Congo ? Le Congo est plus que par terre, dans un bas fond, seul une réappropriation des idéaux de Simon Kimbangu et Patrice Emery Lumumba par des Congolais peut permettre un sursaut.

Paul Kahumbu Ntumba, Dr.Fweley Diangituka et tous les Résistants-Patriotes-Combattants de la Suisse nous interpellent mais en indiquant de pistes pour la refondation et la renaissance du Grand Congo: Kongo dia Ntotila.

Lire la suite

mercredi 16 juillet 2014

Le Club Med sera-t-il italien ou franco-chinois ?

La marque mythique de vacances "tout compris" fait l'objet de deux projets de reprises. Un franco-chinois avec l'appui de l'actuelle direction, l'autre italien.

Vendredi 26 juin 2009, Henri Giscard d’Estaing pdg du Club Med et Freddy Mulongo au cours d'un petit-déjeuner de presse au restaurant Galvacher rue de Ternes dans le 17e Arrondissement. Photo Réveil FM International, archives

Qui pour reprendre le Club Med ? La marque mythique créée après guerre par Gilbert Trigano, et devenue le symbole du farniente pour la génération des baby-boomers, est au cœur d’une bataille financière. Depuis mardi, l’homme d’affaire Andrea Bonomi a semé la panique parmi son équipe dirigeante en lançant une OPA si belle qu’elle en devient aussi étonnante qu’un conte de fées : avec lui, ce n’est plus le soleil et les nanas qui tombent à gogo, ce sont les millions d’euros. Bonomi promet de relancer avec maestria une société qui accumule les déboires depuis quinze ans.

Pour le président du club depuis 2002, Henri Giscard d’Estaing – le fils de VGE- c’est une véritable douche froide. Il s’apprêtait à boucler sa propre OPA sur le Club, après un an et demi de déboires juridiques. Il a le soutien du fonds d’investissement français Ardian et surtout du chinois Fossun : Ardian et Fossun devaient se partager le capital – 46% chacun- et vendre les 8% restant aux dirigeants du club, dont bien sûr Henri Giscard d’Estaing. L’objectif des managers et des Chinois était simple : développer le Club Med en Asie, et surtout en Chine, où une nouvelle classe moyenne encore peu habituée à prendre des vacances et à partir librement visiter le monde, serait parfaitement adaptée au concept du "tout compris" et à la semaine passée sous cloche, avec animations et divertissements sur place.

Une clientèle européenne plus rare

Ce développement serait enfin l’occasion pour le Club de gagner de nouveaux clients, après avoir perdu au fil des ans une bonne partie de sa clientèle européenne. Ces dernières années, la stratégie Giscard fut de parier sur la montée en gamme. Il est parti du constat que sa formule de base était imitée par de nombreux hôtels, pour bien moins cher. Il a donc décidé de fermer peu à peu les "3 tridents" pour ouvrir à la place des "5 tridents", investissant un milliard en 10 ans sur la mutation. Une transformation que les professionnels ont jugée positive, que la bourse a appréciée, mais qui se heurte à la crise économique du sud de l’Europe, principale cliente des clubs : les "5 tridents" c’est bien, mais c’est très cher. Et les perspectives de développement restent du coup faibles… Ce qui oblige le Club à partir draguer les nouveaux riches chinois.

C’est ainsi que Henri a inauguré sa première station de ski en Chine en 2010, et dans la foulée, il s’est lié avec le groupe Fossun, qui lui a ouvert les clés de ce marché : c’est Fossun qui trouve les terrains, négocie avec l’état, et investit sur place. Et comme les Chinois sont déjà les premiers clients des Clubs en Indonésie, ou aux Maldives, il s’est dit qu’il pouvait aller encore plus loin : devenir copropriétaire du club, avec le soutien des équipes actuelles.

Un projet d'OPA contrarié

Ce premier projet d’OPA a été présenté en… mai 2012, il y a donc plus d’un an. Il n’a pas suscité un immense intérêt médiatique, tant il paraissait joué d’avance, et soutenu par le président du Club. Mais des actionnaires minoritaires ont aussitôt porté plainte, jugeant bien trop basse l’offre du tandem Fossun-Ardian, à 17,5 euros par action. Ils ont bloqué la machine pendant plus de 9 mois : ce n’est que le 29 avril que la justice a autorisé définitivement l’OPA, au cours décidé par les principaux actionnaires… sans aucun doute bien trop pingres. Cela va leur coûter cher.

Car entre temps, la partie s’est compliquée : un homme d’affaire italien a commencé à grignoter le capital. Andrea Bonomi est à sa façon un esthète : il collectionne les belles marques abandonnées, comme Ducati ou Aston Martin, ou en difficultés, comme le parc de loisir espagnol PortAventura. Il les achète pas cher, il investit, il relance et revend plus cher. Ça ne marche pas à tous les coups : il n’a pas brillé sur la reprise de Banco popolare de Milano, sombre affaire financière, qui lui a valu une grosse enquête de la banque d’Italie sur les conditions opaques de sa prise de pouvoir, et qui n’a pas donné de bénéfices pour ses amis. Sa réputation en a pris un petit coup dans la Péninsule.

Bonomi en duo avec Sol Kerzner

Depuis la fin de cet hiver, Bonomi a décidé de faire un coup sur le Club Med : il a fait le calcul que le prix proposé par les amis de Giscard était trop faible. Il a donc accumulé 10% du capital, et il a annoncé cette semaine qu’il rachetait tout le reste pour 21 euros l’action, soit 22% de plus que les franco-chinois. Un chèque global de 790 millions. "C’est un prix très élevé, fait pour décourager une contre-offre ou une réaction de notre part", analyse-t-on dans le camp Giscard, atterré.

Car Bonomi se conduit comme le Père Noël : il rachète plus cher et ensuite, il promet d’investir plus. Il lancera les projets chinois que promettait Giscard, et en plus, il ouvrira de nouveaux clubs en Europe et même en France, pourtant déjà surcouverte. Il est épaulé par un nom magique du milieu hôtelier : le magnat sud-africain Sol Kerzner : ce vieux grand Manitou de l’hôtellerie a créé la chaine de luxe One et only, ou l’immense complexe Atlantis de Dubaï. Il connait bien le métier…

Les actionnaires parient sur Bonomi

Bref, l’équipe Giscard promettait de rester sage. L’équipe Bonomi promet de développer la marque à tout va, pour justifier son prix de rachat très élevé. C’est cela qui consterne Giscard, car il pense que dans le passé, lui ou ses prédécesseurs Gilbert et Serge Trigano, puis Philippe Bourguignon, ont déjà tout tenté pour sauver le Club. Ils ont fait des simples hôtels, des villas, des espèces de campings pour jeunes, des clubs musicaux, des restos, des vêtements, de l’huile bronzante, des gymnases… Ils ont tout fait et n’ont jamais réussi à développer la marque, qui reste scotchée à son image de club tout compris (et désormais hors de prix).

Lire la suite

Espionnage : Barack Obama téléphone à Angela Merkel pour la rassurer

Le torchon brûle entre Berlin et Washington. Alors que les autorités allemandes ont, dans un geste rarissime, demandé le départ du chef des services secrets américains de leur territoire, Barack Obama a décroché son téléphone pour discuter avec Angela Merkel, mardi 15 juillet.

« Le président et la chancelière (...) ont échangé leurs points de vue sur la coopération entre services de renseignement américains et allemands et le président a dit qu'il maintiendrait un contact étroit sur la façon d'améliorer la coopération », indique la Maison Blanche dans un communiqué, sans plus de détails.

« Nous ne vivons plus à l'époque de la guerre froide »

Quelques jours plus tôt, l'interpellation en Allemagne de deux personnes soupçonnées d'avoir espionné pour le compte de Washington avait jeté un nouveau froid entre les Etats-Unis et l'Allemagne. En représailles, Berlin a pris la spectaculaire décision d'expulser le patron du renseignement américain en Allemagne.

Après ces événements, Angela Merkel avait expliqué à quel point Berlin et Washington étaient totalement en désaccord sur la façon d'envisager le rôle des services de renseignement, et appelé les Américains à changer de comportement en matière d'espionnage.

« J'espère naturellement que quelque chose va changer. Nous ne vivons plus à l'époque de la guerre froide où chacun s'est probablement méfié de chacun. » Pour tenter d'apaiser les tensions, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, avait fait un premier pas dimanche à Vienne lors d'une conférence de presse avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, jugeant que les deux alliés restaient « de bons amis ».

Lire la suite

mardi 15 juillet 2014

Taubira comparée à un singe : 9 mois de prison pour une ex-candidate FN

Anne-Sophie Leclere avait assumé un photomontage diffusé sur son compte Facebook, sur lequel la garde des Sceaux est assimilée à un singe.

Anne-Sophie Leclere, ex-candidate FN dans les Ardennes.

Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel (Ardennes), a été condamnée mardi 15 juillet par le tribunal de Cayenne à neuf mois de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité pour avoir comparé la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, à un singe.

Le tribunal, saisi d'une plainte du mouvement guyanais Walwari, est allé au-delà des réquisitions du parquet en prononçant cette peine, assortie d'une amende de 50.000 euros. Il a également condamné le Front national à 30.000 euros d'amende.

Anne-Sophie Leclère avait été exclue du FN en décembre 2013. "A la limite, je préfère la voir [Christian Taubira, NDLR] dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement comme ça", avait lancé la candidate du FN dans le reportage de France 2. Cette commerçante de 33 ans, au FN depuis 2012, avait aussi assumé un photomontage diffusé sur son compte Facebook sur lequel la garde des Sceaux est assimilée à un singe. Sa sortie avait provoqué un tollé politique.


Une candidate FN compare Taubira à un singe par LeNouvelObservateur Une candidate FN compare Taubira à un singe par LeNouvelObservateur

Lire la suite