Quand, au lieu d’aller vite dans l’essentiel, on privilégie le subsidiaire ; quand, en lieu et place de dénonciation on observe un mutisme ; quand en lieu et place du réalisme on préfère l’utopie ; les termes impondérable et irrationalité trouvent leur sens.

Tout combat dans la vie doit être limité dans le temps. Ou bien Monsieur Etienne TSHISEKEDI a vraiment voulu devenir président de la république, et qu’il s’est battu pour ça, dans ce cas, vu le temps passé au combat, avec toutes les occasions ratées, les opportunités gâchées, il doit reconnaître son échec, et en tirer les conséquences ; Ou alors, il n’a jamais voulu l’être, et il ne veut toujours pas le devenir, dans ce cas, qu’il dégage le plancher au lieu de continuer à distraire le peuple congolais.

Impondéré et son irrationnel il l’est vraiment. Ces deux traits se font montre par ses choix et ses stratégies. Tout ceci fait perdre au pays un temps précieux.

Ceci vaut aussi pour tous ses amis qui se disent de l’opposition.

Rien de rien ne se passera le 24 avril 2011. Ce sera un médiocre satisfecit, une litanie des « maigres victoires », sans vrai impact, engrangés sous la deuxième république.

Le peuple dans sa grande majorité attend autre chose : qu’il soit mis fin à cette occupation humiliante qui a mis la république entre parenthèse. Et pour cela, tous les moyens sont bons. On ne peut pas s’imposer une quelconque restriction. Tous les moyens que nous ayons à utiliser sont légitimes et de légitime défense car, la patrie est en danger !