C'est enfin l'Afrique. Photo Réveil-FM, archives

Il reste donc que beaucoup trop d’africains trouvent qu’il n’y a pas de problèmes là où il y en a massivement, en réalité. Pour eux, le colonialisme c'est fini; même s'il vient de frapper en Côte d'Ivoire et continue de frapper la Libye sous leurs yeux. Même si l'économie africaine fonctionne toujours sur le modèle du pacte colonial avec le franc CFA entre les mains de la France, le colonialisme, c'est fini il y a de cela 50 ans. "L'Afrique est indépendante, elle fait ce qu'elle souhaite depuis 50 ans" et s'il lui arrive de ne pas être en mesure de résoudre ses problèmes, c'est parce qu'elle "refuse le développement" en refusant de mimer l'Occident comme le disait faussement Axel Kabou. Et pour ces africains, il ne sert à rien de mourir. Car, ils sont les premiers à dire que « on te tuera pour rien », « tu vas mourir pour rien » et lorsqu’effectivement le moment fatidique arrive, ils disent « aaah, nous t’avions prévenu », « tu t’es laissé prendre comme un chien », « voilà, tu voulais montrer que c’est toi seul qui a compris non, c’est bien fait pour ta gueule ». Autrement dit, « tu luttais pour toi-même, pas pour nous ». Donc, tu péris non pas pour nous, africains. Mais pour toi-même!

Au fond, beaucoup d'africains sont non seulement fatigants mais surtout désespérants.

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des de gens de bien. - Edmund Burke