Evitons l’erreur de 2006 tendu à Jean Pierre Bemba, comme un politique néophyte.