Le degré d'intolérabilité de la vie quotidienne et le droit naturel à une vie décente, sont à vrai dire le cadet des soucis des « décideurs », qui ont décidé de piller contre vents et marées les ressources du pays, et qui estiment que les « indigènes » sont forcément superflus.