En posant la première pierre d’une usine géante de construction de pales, le chef du gouvernement a réaffirmé la volonté de la France de diversifier ses sources d’énergies et d’en profiter pour créer de l’emploi : Le potentiel des énergies marines renouvelables a été estimé à 30 000 emplois d’ici 2030 Mais l’ancien maire de Cherbourg en a aussi profité pour se réjouir de ce développement économique pour le territoire manchois, normand.

Cherbourg est en effet bien décidé à prendre sa part dans cette nouvelle aventure industrielle puisque le Danois LM Wind Power vient donc de lancer la construction de « l’un des plus grands sites mondiaux de construction de pales d’éoliennes en mer ».

Une nouvelle filière pour la France L’usine, d’une superficie de quatre terrains de football, va générer 500 emplois directs et près de 2 000 avec les emplois indirects. Les plus grandes pales du monde sortiront de ces ateliers? dont la mise en route est programmée pour juin 2018. Et le port va connaître un regain d’activité puisque, selon Jérôme Pécresse, le président de General Electric Renouvelable : 80% de ce qui entrera dans l’usine arrivera par la mer et 100% repartira par la mer Selon Benoît Arrivé, le maire de Cherbourg : la pose de cette première pierre est plus que le coup d’envoi de la construction d’une usine, c’est l’acte de naissance d’une nouvelle filière industrielle française.