10. Réveil FM International: Après avoir fait du génocide des tutsi au Rwanda, un fonds de commerce au niveau international, voilà que Paul Kagame, un tutsi qui, pour asseoir sa dictature tyrannique, emprisonne une opposante Diane Rigwara, une Tutsi. Tout ceci n'est-il un tournant dans l'histoire du Rwanda où les Tutsi victimes de génocide se bouffent le nez entre eux ? Pour Paul Kagamé n'est-il pas inquiétant de se battre avec une femme qui a 24 ans d'âge de moins que le dictateur ?

Salomon Valaka: Devant la Tutsi Diane Rigwara qui lui tient tête, Paul Kagame doit démontrer les qualités d'un chef en même temps il devra trouver un moyen de maitriser, au besoin, d'anéantir la jeune opposante. Paul Kagame ne peut admettre qu'un opposant, une femme de surcroit, l'expose comme un tyran. Dès lors, l'homme s'emploi au principe du plus fort en voulant maitriser, au besoin, éliminer une opposante gênante, celle qui a dévoilé les points faibles du dictateur qu'il est.

Cherchant à écarter politiquement, voire physiquement Diane Rigwara, Paul Kagame espère atteindre deux buts: démontrer devant la face du paysage politique rwandais qu'il demeure encore l'homme le plus fort, mais aussi sa coriacité qui semble envoyer un message qu'il ne reculera devant rien, même s'il faut faire taire une jeune femme, 24 ans de mois que son âge. Rappelons-nous que Paul Kagame avait déjà essayé en publiant des photos exposant totalement la nudité de la jeune femme. Il avait cru de l'intimider et la faire disparaitre. La stratégie avait échoué. Cette fois ci l'homme fort du Rwanda risque d'aller jusqu'au bout.

Or pour lui d'aller en guerre contre une jeune femme, capable d'être sa fille l'expose comme un macho souffrant tout autant d'un complexe d'infériorité. D'une manière ou d'une autre, Diane Rigwara est devenue gênante. Sa vie ne vaut plus son pesant d'or. L'un de ces jours son corps sera retrouvé dans un dépotoir de la ville.