Le Rwanda et avec l'Ouganda, un autre allié états-unien, qui a pillé et terrorisé depuis 1996 la région de l'est du Congo riche en minerais.

Le Rwanda qui ouvre grandement ses bras pour accueillir les migrants africains a un déficit d’ouverture d’espace politique qui peut-être une source de déstabilisation d’un pays qui n’a pas encore vu le bout du tunnel depuis le traumatisme politico-ethnique de 1994:

1- L’incapacité du gouvernement rwandais à gérer la compétition politique dans un espace démocratique, pourrait radicaliser l’opposition qui ne dispose pas de moyens légitimes pour s’opposer au régime. La suspicion mutuelle et les peurs générées par les divisions ethniques manipulées au sommet de l’état depuis un siècle, persistent. Mais de nouvelles coalitions au sein de l’opposition contre le régime actuel devraient émerger.

2- La stratégie du gouvernement de "développement sur un vide politique", pour laquelle il a assis sa légitimité intérieure et internationale, rencontre de grandes difficultés, laissant la pierre angulaire du tissus social vulnérable aux chocs économiques, aux possibles remises en cause, et à l’inégalité économique grandissante.

3- L’intérêt continu et l’ingérence du Rwanda dans la situation de l’Est de la République Démocratique du Congo a un effet déstabilisateur dans les deux pays, le Congo et le Rwanda.