La radio qui vous écoute !

Réveil FM International

La première radio associative et communautaire de Kinshasa.

mercredi 3 janvier 2018

Diaspora congolaise: Excellent Kiassi face à Vununu, l'oppresseur des opprimés!

Jean-Pierre Vununu, l'oppresseur des opprimés

Au tout début de la création de son groupe "Les cris des opprimés", nous pensions qu'il était du côté de notre peuple opprimé, chosifié et clochardisé. Grave erreur, dans nos fora, Jean-Pierre Vununu est "L'oppresseur des opprimés" qui se fourvoie dans ses inepties et niaiseries ! Pour qui roule Jean-Pierre Vununu ? Roule-t-il toujours pour Vital Kamerhe, le Kamerhéon ? Ou est-il mains et pieds liés dans la mangeoire d'Alias Joseph Kanambe Kazembere Mtwale Joseph Kabila ? Ses allers-retours pour Kinshasa, à la recherche d'un poste ministériel qu'il n'a jamais obtenu, le pousse à se défouler dans nos fora. L'attitude nauséabonde de Jean-Pierre Vununu est déconcertante, lui qui se transforme en Mavungu Ma Landa avec ses "Cartes blanches" pour défendre un régime d'imposture et d'occupation, honni par notre peuple. Jean-Pierre Vununu réside en Allemagne, un pays de tradition protestante, mais il ignore le rôle prépondérant du théologien-pasteur Dietrich Bonhoeffer, martyr de la résistance contre le nazisme. Qu'il pose la question à Angela Merkel, la chancelière de la République Fédérale de l'Allemagne. Jean-Pierre Vununu ignore également que l'Eglise du Christ au Congo (ECC), avec 95 communautés, est la plus grande fédération protestante au monde. Au Congo, elle est la deuxième force religieuse après l'Eglise catholique romaine. En ayant présidé l'ECC durant 19 ans, Mgr. Marini Bodho n'est pas n'importe qui. Il a été Président du Sénat de 2003 à 2007, remplacé par Léon Kengo wa Dondo. Dire que son remariage aux Pays-Bas, n'est pas une information est une méprise ou une ignorance qui ne s'explique pas. Ignare plus plus, nain intellectuel et nullard qui n'arrive même pas aux chevilles de M'zée Djamba Yohé, Jean-Pierre Mbelu, Evariste Pini-Pini, Dr Fweley Diangitukwa, Salomon Valaka, Pasteur Philippe Kabongo M'baya... dans la constance de leurs analyses politiques sur la situation catastrophique de la République démocratique du Congo, depuis que l'imposteur-OVNI-venu de nulle part, pilote à vue le Congo. Le retourneur de veste et inconstant, Jean-Pierre Vuvunu croit nous charrier comme, si nous étions son enfant à qui nous devrons répondre à ses ordres et oukases. Lorsqu'on est petit et minable, on ne peut que jouer à la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf écrivait Jean de la Fontaine dans ses célèbres fables.

Jean-Pierre Vununu, l'oppresseur des opprimés

Réveil FM international est média libre, indépendant et engagé, nous ne nous en cachons pas. La ligne éditoriale de Réveil FM International est claire, inscrite sur le fronton de tous nos sites. Nous ne sommes pas un média de l'opposition comme voudrait nous enfermer le girouette Vununu qui tourne au gré du vent. Nous sommes un média de la résistance congolaise, nous soutenons et accompagnons les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais qui récusent l'imposture, l'occupation et l'usurpation qui tapissent le régime actuel de Kinshasa avec ses méandres de méfaits. Lorsque nous écrivons nos articles, nous avons une clause de conscience et avons le droit et devoir de protéger nos sources. Nous n'avons pas à nous justifier surtout pas à un mangeriste notoire, confusionniste, à la recherche d'un positionnement. Avec JP Vununu, "Le cris des opprimés" est devenu "l'Oppresseur des opprimés".

Nous publions ici, l'interpellation de notre compatriote Kiassi à Jean-Pierre Vununu :

Monsieur Vununu,

J'ai lu votre posting et les différentes [direct de gauche, jabs, crochet de droite, uppercut etc..] distribuées à vos différents contradicteurs comme s'il s'agit de combler votre retard sur un ring, tout au long du match les coups n'ont cessé de pleuvoir...les yeux en poche, trois fois au sol, vous essayez tant que bien de tenir jusqu'au 15ème round. Il faut voir Frazier (se démenait) vs Cassius pour vous faire une idée, malgré sa bonne volonté, son courage et... et son entêtement,il abdiqua avec un visage qui n'avait plus la forme humaine. Nous sommes à Manille (1975). Venant de vous ce n'est pas une surprise, c'est le contraire qui m'aurait étonné, qu'est-ce qu'on peut trouver d'humanité chez vous, rien ; on chercherait chez vous cette partie infime de compassion, on en trouverait pas, c'est l'impression que vous donnez à tout le monde. Moi à votre place j'abdiquerai, vous commencé l'année comme vous l'avez avez fini.

Et dire que vous nous aviez rabâché tout au long de l'année qui vient de rendre l'âme qu'il n'y avait que les imbéciles qui ne changeaient pas. Faut-il en déduire que vous en êtes un ? Ou alors croire qu'il y a du faux dans cet adage populaire, Dieu merci ce n'est pas une KONGO. En ce qui me concerne j'ai toujours douté de la véracité de cet adage et ce n'est pas en cette date du 2 janvier 2018 que je franchirai le pas si cela peut vous rassurer je crois fermement que personne ne change dans la vie, ni ses habitudes, ni ses visions et son destin sans se trahir lui-même... Personne ! Nous ne changeons que nos masques et notre bonhommie pour paraître comme un sou neuf devant la société. C'est le masque qu'on porte toute sa vie qui fait croire aux gens qu'on a changé, certains le portent pour cacher qlq chose ou pour s'intégrer dans un milieu et d'autres pour qui l'enlever c'est s'arracher la peau, derrière ce masque de normalité ou de sainteté se cache en réalité un monde insoupçonné de perversité narcissique ou de cruauté sadique.

il suffit simplement d'enlever certains attributs de l'homme pour voir son naturel reprendre ses droits. Je ferme la ()

Vous écrivez : 1. Pourquoi dans la même circonstance ne parlez-vous pas à l'auteur de l'article auquel j'ai répondu qui l'a écrit en ce même jour ?

Dans votre votre promptitude légendaire à réagir et à répliquer à tout va (on peut se demander pourquoi) sans prendre le temps d'une petite réflexion vous vous interdisez peut être par omission intellectuelle : c'est quoi le rôle primordial et la mission d'un journaliste dans la société en l'occurrence la nôtre

Informer de ce qui se passer et de commenter ces informations et souvent de déranger ou de soulever les lièvres et les anguilles. C'est pour cela dans des nations dites évolués (loin de la kanambie) la presse est le quatrième pouvoir, la base même d'une démocratie vivante. Un journaliste qui n'informe plus cesse d'être journaliste, un bon journaliste doit être à l'affut de ce qui peut intéresser le commun des mortels. D'ailleurs je l'avoue ce Marini n'était pas ma tasse de thé, grâce à notre frère Freddy Mulongo (qui a joué son rôle de journaliste) que j'ai été tenu au parfum de ce conseiller très spécial de l'homme de Kingakati, qu'il fut, de son veuvage et surtout de son "ki ekobo" vécu en plein air. Pour quelqu'un d'intègre comme Marini qui prône abstinence et les sacro-saintes écritures qu'il distille à ses bandimis en faisant fi à Genèse 2.24 ou 21.30, ça fait un peu désordre et me réconforter dans mon rejet de toute forme d'églises qui fait le contraire de ce qu'elle évangélise.

Il fallait que ça vous soit expliqué !

Mbuta Vununu, ne ment que celui qui manque à une vérité qu'il connait et une demi-vérité est aussi un mensonge qu'on débite ou le sera tôt ou tard, le mensonge qui est encore une demi-vérité est le plus moche des mensonges : 2.. On a mêlé la prière à la manifestation défendue pour des raisons de sécurité. S'il y a un droit reconnu dans la Constitution pour manifester. La même Constitution ou loi donne à l'autorité ce même droit de refuser toute manifestation si celle-ci troublerait l'ordre public. Monsieur Vununu, vous aimez trop prendre des exemples sur la France [comme si vous y habitez, lisez vos postings et d'ailleurs mbuta Lubanza vous l'avait déjà fait remarqué] dont vous avez une fois dans votre vie lu l'article 121-3 du 10 juillet 2000, il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre. Si vous avez été attentif (ce qui m'étonnerait) vous auriez du entendre la prière pour ne pas dire la supplication du comité organisateur que la marcher se voulait pacifique interdisant mêmes aux politiques de ne pas s'afficher avec leurs étendards. Dans les images qu'on a vu ceux qui avait des gourdins, des armes et de bâtons, vous les avez vu comme moi, ce sont des policiers, des militaires des agents en tenue civile. Ca au moins vous l'avez vu, vous qui êtes spécialiste dans la décortication d'images vidéos et comme si le mensonge ne suffisait pas je vous fais violence de voir de cette vidéo d'un homme qui se dit colonel sans médaille et on sait d'où il tire sa légitimité, tout sourire comme s'il venait de se farcir une nana longtemps convoité le contraire d'un vrai responsable de police [comme on en voit ici] qui aurait eu un air martial et un langage spartiate... c'est entre 0:19 et 3:20 pour la police de Kingankati, il y a eu ZERO MORT :

https://www.youtube.com/watch?v=fxBP5rxoOC4

Voilà comment la police et le gouvernement que vous soutenez communique, le mensonge devenu un système politique de gouvernance.

Mbuta Vakala vous a balancé en plein nez la photo d'une fille qui ne retrouvera plus l'usage de ses dents, de son visage et je suppose ne sera plus avec nous... j'ai guetté en vain cette virulence dans les propos qui vous a caractérisé au vu des images de la femme violentée et violée sur le marché, je me demande même si vous avez eu le courage de montrer à votre femme Muluba, cette horreur. Avez-vous à votre femme : heureusement que moi (donc vous) suis pas né au village comme ces policiers sauvage ?

Monsieur Vununu, il n'y a pas de pire lâche que celui qui se sert constamment des demi-vérités pour camoufler une réalité, justifier ou minimiser ses responsabilités. Ce qui a cessé de m'étonner chez vous, ce que vous acquiescez tout, excusez tout quand il s'agit de votre camp. Je me demande ce que vous en faites de votre libre arbitre ? Quand vous osez écrire on a même la prière à la manifestation....suppose que nous avons pas vu les mêmes images où votre police a pénétré dans l'église en pleine messe. Vous qui êtes chrétien ça ne pouvait que vous révulsez, piétiner ainsi un lieu de culte : le nzo nzambi, ndako ya NZambe, le lieu où Dieu réside. C'est le sacrilège des sacrilèges. Le droit de marcher comme vous l'avez rappelé sans convaincre est un droit constitutionnel et surtout si celui-ci se veut pacifique. Tout au long de la semaine ces gens l'ont répété qu'il la voulait pacifique, alors pourquoi l'interdire ?

Vous qui aimez souvent prendre comme exemple out ce qui se passe en France, vous avez vécu comme nous la période des attentats où l'ennemi s'explosait, on n'a pas interdit des attroupements de 4, 5 personnes comme semblait le marteler ce général de pacotille sans médaille Kasongo [je vous invite à taper général d'armée sur google et voyez le résultat, il y en a même qui croule sous les poids des insignes, des honneurs et distinctions], on a vu des marches en plein Paris pendant cette période sensible, la préfecture de Police de Paris et les dispositif sentinelle et vigipirate ont sécurisé la bonne tenue des marcheurs. Je crois qu'il est temps de vous poser de sérieux questions pour savoir où va l'argent du contribuable congolais si Kasongo et Kimbuta ne peuvent pas faire face...Surtout où ils ont pioché cet effectif qu'on a déployé à travers Kinshasa. Mensonge toujours mensonge ! Et vous mbuta Vununu vous baignez dans cette rivière de mensonges..

Mais qu'est-ce qu'on peut attendre d'un Vununu quand il écrit : 3. Avant le 31 décembre 2017, les policiers soit les autorités publiques n'ont jamais empêché les fidèles d'aller prier dans leurs églises respectives, si l'heure était à la fête, je vous aurais dit que vous avez un peu forcé à la bonana ou encore qu'il y a toujours un début (une première fois) à tout. En vérité, toute votre vie est faite de contre-vérité et je ne sais pas combien vous en débitez chez vous devant vos enfants,, à l'église (puisqu'il parait vous faites la messe)... La question que vous auriez du vous poser est : pourquoi empêcher des gens d'aller prier à l'Eglise dans un pays qui siège au conseil de droit de l'homme un certain 31/12/2017 ? Est-ce par simple paresse intellectuelle (pas une injure mais un constant) ou par simple ignorance, car faire sembler d'ignorer est aussi un mensonge, comme l'omission délibérée ce n'est pas moi qui le dit c'est Freud (vous savez ce philosophe mi neurologue, mi psychanalyste) dommage que vous vous intéressez trop souvent de ce qui se passe en France au détriment de l'Allemagne, vous y apprendre beaucoup même sur les sorts de certains nazillons de moindre envergure après la dénazification. Comment pouvez-vous parler des élections apaisées. quand vos amis ne font rien pour apaiser la situation, ce ne sont pas les partis de l'opposition qui ont organisé cette marche, ce sont ces mêmes catholiques qui vous ont donné cette petite légitimité de durer jusqu'au 31, alors pourquoi couper internet, pourquoi brouiller téléphones et radios ? Si vous vous dites démocratique au vrai sens du mot ?

Surtout pourquoi prendre sa propre population en otage ? S'informer est un droit inaliénable reconnu. Quelle aurait été votre réaction si c'est la France ou l'Allemagne. J'espère que vous ne me direz pas que les manifestants Français ou Allemands sont les plus pacifiques du monde.

Hier soir, j'ai ma petite sœur (qui a réussi à me joindre parce que de Paris impossible), elle ignorait qu'on avait saccagé des églises, qu'il y avait de victime et c'est moi qui suis à plus de 8.000 Km qui lui informait, j'ai participé en direct à l'émission de F. Kisuanika, c'est triste d'écouter que madame Kandolo l'une des organisatrices n'avait pas des images que nous nous avons, la télé nationale était occupée à diffuser une intervention enregistrée du petit raïs. Elle est où cette messe à la nation. Et que dire du speach c'est à l'ouest de la vraie vie des Congolais.C'a simplement un nom : une tromperie déguisée en vérité et qui s'apparente avant tout à une vérité sans tête dont à un mensonge éhonté, cher monsieur Vununu vous avez à y gagner pour votre quiétude intellectuelle en condamnant avec vigueur ce genre des comportements de ceux qui conduisent les affaires de l'Etat que de vous terrez dans une sorte de somnolence intellectuelle sans fin.

Vous écrivez, 4. Je condamne toutes formes de violences d'où qu' elles viennent. Voilà pourquoi, je suis favorable à l'organisation des élections apaisées. ou encore Et en sus, on ne peut pas chercher à mettre le pays à feu et à sang pour quelques mois aussi longtemps, vouloir ou pas, ces élections sont inéluctables... Je ne peux qu'apprécier votre subtilité qui consiste à rendre potable même l'urine la plus infecte, c'est inné chez vous, vous savez conjuguer allègrement dans une certaine allégresse la vérité au le mensonge à la vérité, qui en somme n'est ni vérité, ni mensonge et pas même une demi-vérité ou la moitié d'un mensonge. C'est du Vununu tout craché, désolé de vous le dire. Vous n'avez pas qu'à condamner, vous devez agir et agir ce n'est plus pactiser avec ceux dont le mensonge est le moyen de conserver le pouvoir... Tout est mensonge, l'affaire Diomi, Diongo, Muyambu, Katumbi, Kamuina Nsapu, tout n'est qu'un tissu de mensonge cousu blanc.

-La violence on ne la condamne pas on la combat et ceux qui l'entretient montrer du doigt.

-Peut-on avoir des élections apaisées dans une violence faite à ceux-là qui vous vous élire ?

-Mais qui vous a dit qu'on ne voulait pas des élections ? C'est depuis 2016 qu'il aurait du être convoqué et par qui ? Disons-le par le petit Raïs.

Oh ! je sais que vous sauterez de l'occasion pour me sermonner que le président de convoque pas des élections, s'il est le garant des institutions qui ont fait de lui le chef de l'état, il doit veiller à ce que ces institutions fonctionnent. Qu'a-t-il fait pendant ces années et surtout quel bilan ? Vous me diriez on ne peut pas chercher à mettre le pays à feu et à sang pour quelques mois aussi longtemps Mais avez-vous le phénomène Kamwina nsapu au Bas-Congo ou au Bandundu, pourquoi simplement au Kasai, pourquoi n'a-t-on pas exhiber l'anaconda de Mende pour s'en prendre à l'innocent gland de Oshe. Voilà des questions qu'une intelligence normale doit faire face. Le phénomène Kamwina nsapu a été voulu, orchestre pour provoquer un chaos chez vos beaux-parents parce qu'ils sont baluba et alias Kanambe ne digère jamais ceux qui lui font l'ombre. Et d'ailleurs vous semblez confondre causalité et corrélation, l'eau ne peut pas être portée à l'ébullition sans feu et le feu il faut qu'il y ait quelqu'un pour l'attiser, la corrélation c'est quand deux faits sont proches dans le temps ou dans l'espace, vous aurez à comprendre que l'un (phénomène) a causé l'autre, retarder les élections qui étaient prévues en 2017 les pousser jusqu'aux calendes grecques, car 2019 c'est déjà demain, comme l'était 2017.

Et si tenté qu'on soit moins intelligent est-ce si difficile de comprendre, de savoir que ni l'opposition, ni les catholiques n'ont pas l'arme ou les moyens de mettre le pays à feu et à sang, pourquoi omettre d'écrire ou simplement d'imaginer que ce sont les militaires et policiers obéissant au doigt et à l'oeil de Kanyama (hier) et de Kassongo aujourd'hui qui peuvent pétarder en plein Kinshasa en toute liberté, voire même sans consigne. Qui ont les armes et les bombes lacrymogènes ? Ces pauvres idiots de Congolais ne savent même pas se fabriquer et manier un coktail molotov. De qui vous vous moquez monsieur Vununu quand vous parler de mettre le pays pays à feu et à sang ?

3. Je suis contre la souffrance extrême du peuple , je suis pour que les choses aillent mieux et autrement en RDC. Donc, en d'autres termes, cela veut dire que je ne suis pas adepte du statu quo ? En lisant cette phrase de vous, j'ai eu envie de pleurer, moi qui souvent vos phrases me donnent envie de vomir, Vununu qui voudrait que les choses aillent mieux...mais que faites-vous ? Que faites-vous si votre femme veut sa liberté, vous allez pas l'enfermer chez vous en barricadant la maison ? C'est ce qui se passe chez vous au Congo monsieur Vununu, vous barricadez partout, vous fermez les radios, vous emperchez les gens de s'évader via internet, vous coupez les signaux des radios pour qu'il n'y ait pas des témoins.

Kabila fait tirer dans les églises et sur les chrétiens

Vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi ce recours à une violence gratuite, disproportionnée, in,juste et injustifiée ? Mobutu à qui on a attribué tout et n'importe quoi n'a rien fait de pareil, tirer et tuer dans les églises est la pire sacrilège pour le chrétien que vous ne cessez de vous revendiquer, seuls les génocidaires du Rwanda ont osé tel massacre. Expliquez-moi comment une télé publique peut sortir de ses caisses un discours déjà enregistré d'un président hors mandat à quelques heures d'un bain de sang. Et surtout pas un mot, on comprend quand un officiel de la police parle de 0 mort, mais des blessés graves faire état de la situation est un simple acte que de se pavaner et vanter qu'il n'y a rien à voir circuler... tout va très bien madame la marquise.

Oui, le délai constitutionnel en RDC est dépassé, il n'en demeure pas moins qu'il partira ou reste en fonction jusqu'à l'installation effective du nouveau Président élu. La Constitution ne dit pas jusqu'à l'organisation des marches de toutes sortes ou via toutes formes de violences.

Laissez-moi rire, j'irai pas vous déterrer ce qu'étaient vos réactions à l'époque, c'est quand même bizarre ces congolais sans honneur qui dise le contraire de ce qu'il disait avant, ne dit-on pas qui se ressemble ça s'assemble vous faites pareil comme cet Emery OKUNDJI qui ne pouvait être que le frère de l'autre N'koy appartenant au même OShé et les oiseaux du même branche(j'allais dire Mende), qui s'arrachait jadis les dents pour cause de coupure Internet, trouver inadmissible dans un pays dit démocratique et qui se la coupe internet une fois parvenue, cette manière qui fait du Congolais l'idiot de la planète, qui peut renier à ses propres paroles et valeurs, nous, nous voulons que cela cesse. Voilà le combat que nous mènerons désormais. Mais posez-vous la question ^pourquoi le delai constitutionnel doit être dépassé ? Et que faisons-nous là au jour d'aujourd'hui [tautologie que je n'aime pas]. Ce qui est sûr la Ceni est officiellement muette. Peut-on voir une forme de lâchété, complicité ou neutralité dans cette aphonie ?

Et d'ailleurs monsieur Vununu ne mentez pas, ne soyez pas ce menteur invétéré débitant ses propres mensonges sans le moindre raisonnement il partira ou reste en fonction jusqu'à l'installation effective du nouveau Président élu. La Constitution ne dit pas jusqu'à l'organisation des marches de toutes sortes ou via toutes formes de violences.

Nulle part dans aucune Constitution du monde où c'est écrit, jusqu'à l'installation affective du nouveau président élu vous mettez la charrue devant le bœuf et pour un supposé intellectuel ma foi.. Cette notion était valable en 2016 à la fin de son dernier mandat et à la convocation des élections 90 jours (si ma mémoire est bonne), comme dans toutes les démocraties de la planète dont la notre se rapporte, on l'a vu avec TRump, on l'a vu avec Macron, on vient de le voir avec G. Weah. Cette même constitution que vous agitez quand ca vous arrange ne dit pas que tant que les élections ne se tiendront pas, le président restera seko jusqu'à l'installation effective du nouveau Président élu ça c'est une façon kanambiste de voir le monde que le peuple ne veut plus et c'est pour cela qu'il organise des marches de toutes sortes sans de violences pour qu'il soit entendu.

Lire la suite

Le Cardinal Laurent Monsengwo le "Wojtyla congolais" dénonce les barbares, incapacitaires et médiocres qui doivent dégager !

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pansiya, archevêque de Kinshasa

A Réveil FM International, nous très admiratif à l'égard du Cardinal Laurent Monsengwo. Un homme de Dieu courageux, qui connait la mission prophétique de son église. Il est l'homme qu'il faut pour la République démocratique du Congo. Comme un roseau il plie mais ne rompt jamais. Laurent Monsengwo n'a pas courbé l'échine devant Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, le Tyran-Hitlérien, qui croit que la RDC est son objet, son Royaume ou un Empire. Arrivée au Congo en 1997, sans un clou, avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, devenu multi-millionnaire en pillant le Congo, Alias Joseph Kabila, un Kadogo qui fait sa loi, croit qu'il peut impressionner tout le monde. Le Cardinal Laurent Monsengwo a sa tête, haute et debout. Sa parole publique est rare mais pointue. Dernièrement, il a réuni des artistes pour leur rappeler leur rôle dans la société dépravée. Les musiciens collabos qui ne peuvent plus jouer dans des salles mythiques de Paris, Londres, Belgique ont pleurniché devant le Cardinal Laurent Monsengwo pour qu'il intervienne auprès des patriotes-résistants-combattants pour lever la fatwa qui règne sur eux, pour avoir chanté pour l'imposteur de Kingakati.

Surnommé le « Wojtyla congolais », proche du pape François, qui l’a désigné en 2013 pour faire partie des neuf cardinaux chargés de le conseiller pour réformer la curie, le cardinal Monsengwo porte la voix de nombreux évêques africains. En République démocratique du Congo, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa, à 78 ans, lui qui connait mieux les acteurs politiques congolais, est incontournable et jouit d’une autorité morale incontestée dans notre pays. Créé cardinal par Benoît XVI au consistoire de novembre 2010, il jouit sur le continent noir et au-delà d’une autorité morale incontestée. En 2012, il a même été chargé par le pape allemand de prêcher les exercices de Carême, un signe de grande confiance. Politisé et très politique, le Cardinal Laurent Monsengwo œuvre depuis longtemps pour le dialogue intecongolais et le respect des droits de l’homme en République démocratique du Congo. Voici la déclaration du Cardinal Laurent Mosengwo, après la barbarie des policiers-miliciens dans des paroisses, le dimanche 31 décembre 2017. L'internet étant coupé dans toute la République , le Cardinal Monsengwo a du attendre son rétablissement pour sa déclaration devant la presse.

Chers frères et sœurs,

Ce n’est plus un secret pour personne que le climat du pays en général et de la capitale en particulier est caractérisé par un regain de peur et d’énervement, d’incertitude sinon de panique.

Nous sommes témoins d’incidents malheureux survenus le dimanche 31 décembre 2017 lors de la marche pacifique et non violente organisée par le comité laïc de coordination, dans le but de réclamer l’application réelle de l’Accord politique global et inclusif du Centre Interdiocésain de Kinshasa (Accord de la Saint-Sylvestre), accord violé volontairement. Ceci crée un malaise socio-politique que traverse notre cher et beau pays, la RD Congo (cf. Message de l’Assemblée plénière extraordinaire des Évêques de la Cenco, 24 novembre 2017).

Nous ne pouvons que dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie. Nous en voulons pour preuves : le fait d’empêcher les fidèles chrétiens d’entrer dans les églises pour participer à la messe suivant l’ordre reçu d’une certaine hiérarchie militaire, le jet de gaz lacrymogène pendant la célébration eucharistique dans les différentes paroisses de Kinshasa, le vol d’argent, d’appareils téléphoniques, la poursuite, la fouille systématique des personnes et de leurs biens dans l’église et dans les rues, l’entrée des militaires dans les cures de quelques paroisses sous prétexte de rechercher les semeurs des troubles, les tueries, les tirs à balles réelles et à bout portant sur des chrétiens tenant en mains bibles, chapelets et crucifix, les arrestations des prêtres et fidèles, etc.

Nous demandons aux uns et aux autres de faire preuve de sagesse et de retenue. Que des mystifications présentées comme informations véridiques et fiables. Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo.

Comment ferons-nous confiance à des dirigeants incapables des protéger la population, de garantir la paix, la justice, l’amour du peuple ? Comment ferons-nous confiance à des dirigeants qui bafouent la liberté religieuse du peuple, liberté religieuse qui est le fondement de toutes les libertés (cf. Benoît XVI, Liberté religieuse, chemin vers la paix) ?

Le sait-on, la liberté religieuse est un élément essentiel de l’Etat de droit, on ne peut la nier sans porter atteinte à tous les droits et aux libertés fondamentales. L’instrumentalisation de la liberté religieuse pour masquer des intérêts occultes comme par exemple l’accaparement des ressources, des richesses, le maintien au pouvoir par des méthodes anti-constitutionnelles, peut provoquer et provoque des dommages énormes aux sociétés, en l’occurrence la nôtre. Nous voulons un Congo des valeurs et non d’anti-valeurs.

Puisse le Seigneur accorder à notre pays une paix durable dans la justice et la vérité, et à nos morts pour la liberté, le salut éternel.

Mgr. Laurent Monsengwo et Etienne Tshisekedi à la Conférence Nationale Souveraine (CNS)

L’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, joue, depuis plus de vingt ans, un rôle de premier plan. Né en 1939, ordonné prêtre en 1963, il est le premier Africain à devenir docteur en sciences bibliques, diplômé en 1970 du prestigieux Institut biblique pontifical, à Rome. Il devient évêque de Kisangani à 41 ans, un record, et ne quittera son diocèse qu’en 2007 après sa nomination comme archevêque de Kinshasa.

Homme fort de l’épiscopat de la République démocratique du Congo, d’abord comme président de la Conférence épiscopale du Zaïre-ancien nom du Congo-entre 1982 et 1994, puis à la tête de la Conférence épiscopale nationale du Congo de 2004 à 2008, Laurent Monsengwo Pasinya a assuré un rôle politique majeur dans la transition politique qu’a connue son pays à la suite du règne du maréchal Mobutu, destitué en 1997.

Lire la suite

Les martyrs du 31 décembre, Alias Joseph Kabila, le tyran dicte sa loi et ses règles !

Kinshasa, 31 décembre 2017, le visage tuméfié d'un curé, par des coups des crosses de la police-milice

Silence, on zigouille au Congo ! Hommage à tous les curés, abbés, religieux et religieuses ! Ce visage est aujourd’hui celui du Congo ! Défiguré, torturé, abîmé par Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Twale, un Tyran Hitlérien, homme sans foi ni loi, qui n’a le respect de rien, ni de personne, et surtout pas du sacré ! Catapulté par la mafia internationale sur le trône de la République démocratique du Congo, pour mieux piller ses ressources, le taximan de Dar es salam, sait qu'il peut tuer, assassiner, massacrer le peuple congolais, il jouira de l'impunité et sera toujours soutenu car ses mentors et ce qui ont fait de ce Kagodo et incapacitaire de Kingakati, roitelet au Congo, ont besoin des ressources, la vie des congolais ne compte pas. En coupant l'internet dans toute la République démocratique du Congo, l'objectif était de massacrer à "huis clos" sans témoins gênants.

Une dame Congolaise est morte, une balle logée en plein visage

Un jeune Kinois, la bouche déchiquetée par des balles de la police-milice

Cette fille est morte avec une balle dans la tête !

Qu'a fait cette jeune fille pour mourir si jeune ?

Le dimanche 31 décembre 2017, les catholiques du Comité laïc de coordination (CNC) ont organisé des manifestations pacifiques dans plusieurs villes de la RDC. Plus de 160 lieux de culte se s'étaint mobilisés à Kinshasa, mais aussi dans les provinces du Nord-Kivu, du Kongo-Central, du Haut-Katanga et du Kasaï-Central.

Selon le bilan provisoire des Nations unies, au moins huit personnes ont été tuées dans des quartiers extrêmement populaires de Kinshasa. Le CNC évoque dix manifestants morts sous les balles. Le porte-parole de la police nationale congolaise a déclaré que "la police n’a enregistré aucun cas de décès dans les lieux de culte ou paroisses impliqués dans ces tentatives de perturbation de l’ordre public ", Selon le colonel Mwanamputu, la police a enregistré 5 morts et 77 fauteurs de troubles appréhendés à Kinshasa.

Les Evêques de la CENCO enfarinés par l'imposteur-usurpateur de Kingakati

Alias Josep Kabila Kanambe Kazembere Mtwale s'est joué de l'Eglise catholique. Il a enfariné les Évêques de la CENCO, qui lui ont donné une année de plus sur le trône du Congo. L'accord de la Saint-Sylvestre est un accord sous seing privé, qui ne peut pas remplacer la Constitution du pays. Alias Joseph Kabila s'est agglutiné à l’Évêque Marcel Utembi Tapa de Kisangani, qui est aussi Président de la CENCO, pour un accord bidon. Les Evêques de la CENCO ont sauvé la tête d'un tyran Hitlérien, fin mandat, sans légitimité, en le laissant une année de plus sur le trône du Congo.

Alias Joseph Kabila n'a jamais apposé sa signature au bas de l'accord de la CENCO. Il n'a jamais appliqué aucune recommandations de la CENCO: déclaration publique qu'il ne sera pas candidat pour un 3è mandat, pas de tripatouillage de la Constitution, libération des prisonniers politiques, nomination d'un Premier ministre de l'opposition...

Les Évêques de la CENCO ont préféré aller voir l'imposteur-usurpateur au palais de la Nation, au lieu de se concerter avec l'Archevêque de Kinshasa, Mgr. Laurent Monsengwo ! Il faut que l'Eglise catholique romaine de la RDC parle d'une seule voix.

La CENCO n'a pas joué franc jeu avec le peuple congolais. Les Évêques ont l'attitude de ceux qui avaient réclamé le Brexit en Grande-Bretagne, qui se sont carapater après.

Lire la suite

indywidualne ubezpieczenie zdrowotne broker kupic viagra Wells fargo elektroniczny numer marszruty