Et je crois que tant que cette flamme brûlera, là-bas mais aussi ici, dans notre pays, alors l’Irak vivra. Et avec elle, une certaine idée de l’Irak, et une certaine idée de la France.

Je vous remercie de votre attention.