La Suisse est un pays que nous connaissons. Les activistes congolais nous les croisons et côtoyons en diverses occasions. Notre classement n'est pas exhaustif. Certains de nos compatriotes activistes qui pouvaient y figurer ont été dégagés par leur manque de constance. Ceux qui ont voulu "Tribaliser le combat" ont été virés sans aménagement. C'est le Congo dans sa diversité qui doit être défendu. Les Ayatollahs, Talibans et tribalo-ethniques ne figurent pas dans notre classement. On peut aimer un leader politique, delà à en faire un petit dieu, puis qu'il est de sa tribu ou ethnie, est un non-sens sur cette terre des hommes, cela n'est pas dans notre entendement. Un activiste est toujours vent debout ! Certains s'étaient engagés uniquement pour l'élection d'Etienne Tshisekedi à l'élection de novembre 2011. Depuis le second hold-up électoral, nombreux se sont découragés. De 2011 à 2018, voilà sept ans, qu'ils devenus des invisibles, avec des apparitions sporadiques. Les découragés de la première heure sont nombreux en Suisse, mais ceux qui persévèrent se verront couronner. A bon entendeur, salut!