La délégation a par ailleurs expliqué que le pays organisait différents événements qui visent à promouvoir la culture des personnes d’ascendance africaine.

La délégation a par ailleurs rappelé que la Lettonie avait été détruite par le pacte secret passé entre les Soviétiques et les nazis. Le régime soviétique a commis de nombreuses violations, avec de nombreuses déportations, dont celles de plus de 20 000 civils. Certains des aspects abordés aujourd’hui ne sont que l’héritage de cette occupation et heureusement que cette page a été tournée, a déclaré la délégation.

Durant le dialogue qui s’est noué autour de l’examen du rapport de la Lettonie, le Secrétariat du Comité a donné lecture d’une lettre transmise par le Médiateur de la Lettonie, M. JURIS JANSONS, dans laquelle ce dernier explique qu’il peut travailler avec les différents organes des droits de l’homme des Nations Unies; le Médiateur y confirme son indépendance et sa liberté de participer à différentes réunions. En réponse aux questions des membres du Comité, le Médiateur a confirmé que ses priorités étaient les enfants et les personnes vulnérables. Il s’est dit déçu qu’il n’y ait pas de mécanisme prévoyant une procédure unifiée de remise de rapports des institutions nationales de droits de l'homme comme la sienne aux différents organes de traité. Il a ensuite expliqué que le budget de son bureau avait été nettement réduit au moment de la crise (de 2008); il augmente depuis de manière graduelle, sans pour autant retrouver son niveau d’avant 2008, a-t-il ajouté.

Trois divisions travaillent sur la non-discrimination au sein du bureau du Médiateur, explique M. Jansons dans sa lettre. Le travail du Médiateur s’articule autour des plaintes pour discrimination émanant de groupes minoritaires; le Médiateur porte une attention particulière aux discriminations à l’encontre des personnes handicapées. Le Médiateur peut lui-même soumettre des cas de discrimination devant les tribunaux. Depuis 2011, le bureau travaille avec la communauté rom à la prévention de la discrimination à l’encontre de cette communauté, a précisé le Médiateur, expliquant que le plus grand défi en la matière était le manque d’information dont pâtissent les Roms s’agissant de leurs droits.

Remarques de conclusion

MME LI a remercié la délégation pour toutes les informations fournies, qui ont permis de mieux comprendre la situation en Lettonie. Elle a encouragé le pays à appliquer pleinement la Convention. Ce dialogue a été constructif et sincère, a conclu la rapporteuse. M. PILDEGOVIČS a remercié le Comité pour cet échange de vues fort stimulant et pour l’intérêt que les membres du Comité ont porté au pays. La Lettonie attend avec impatience de poursuivre le dialogue avec le Comité et examinera de près, avec l’aide du Médiateur, les recommandations qui lui seront adressées. Les observations finales seront présentées au Cabinet dans son ensemble, a précisé le Secrétaire d’État.