Ce système de nomination électorale, une sorte de "compromis à l'africaine", n'est pas la démocratie. Le respect du vote du peuple est bafoué, on procède aux arrangements entre mafieux politicailleurs pour mieux flouer le peuple souverain. Ce qui s'est passé en République démocratique du Congo n'est rien d'autre qu'un "putsch électoral". Alias Kabila a placé son pantin, guignol, vassal et valet à la tête de la RDC: Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi !