M. GYAWALI a assuré qu’il respectait le droit souverain des nations, mais a souligné que le droit à la vie reste la pierre angulaire de tous les droits de l'homme. Il a estimé qu’il fallait, dans le contexte de ce débat, continuer à examiner l’évolution du nombre de crimes graves commis.

Pour MME JANKI, qu’un juge puisse décider qui a le droit de vivre ou pas s’apparente à un acte de vengeance et non à un acte de justice. « La communauté LGBTI a le droit d’aimer qui bon lui semble et le monde a besoin de plus d’amour, pas de plus de meurtres », a-t-elle conclu.

« Aucun être humain ne mérite la peine de mort, quel que soit son crime », a quant à elle conclu MME M’BAYE, estimant elle aussi que la peine de mort n’est que le reflet d’une vengeance. Les femmes sont souvent accusées et sanctionnées injustement, a-t-elle en outre fait observer, s’étonnant par exemple que, dans le cas de l’adultère, les femmes soient les seules à être condamnées.

_______________

*Délégations ayant participé au débat : Arabie-saoudite, Argentine, Australie, Bangladesh, Brésil (au nom de la Communauté des pays de langue portugaise), Chili (au nom d’un groupe de pays d’Amérique latine), Équateur, Fidji, France, Grèce, Inde, Iraq, Islande (au nom d’un groupe de pays nordiques et baltes), Italie, Luxembourg, Malaisie, Mexique, Monténégro, Nouvelle-Zélande (au nom d’un groupe de pays), Pakistan, République islamique d’Iran, Singapour (au nom d’un groupe de 34 pays), Slovénie et Union européenne.

*Organisations de la société civile ayant participé au débat: Comité consultatif mondial de la Société des amis - Quakers; Center for Global Nonkilling; International Lesbian and Gay Association; Ensemble contre la peine de mort; et Fédération internationale de l'ACAT (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture).