L’experte juge aussi extrêmement «troublant» le fait que ce «crime d’Etat» ait provoqué si peu de réactions dans le monde et ne soit pas suivi de réponses «légales, politiques ou diplomatiques» plus percutantes de la part de la communauté internationale.