Brigitte Macron, elle, accueillera les conjoints des chefs d'Etats et de gouvernements, y compris ceux des pays invités. Sont attendues Melania Trump, Akie Abe, Cecilia Morel (épouse de Sebastian Piñera, président du Chili), Jenny Morrison (épouse de Scott Morrison, Premier ministre d'Australie), Malgorzata Tusk (épouse de Donald Tusk, président du Conseil européen), Adele Malpass (épouse de David Malpass, président de la Banque mondiale) et Begoña Gomez (épouse de Pedro Sanchez, président du gouvernement d'Espagne).Le président des Etats-Unis, Donald Trump, s'est envolé vendredi soir pour la France, accompagné de son épouse Melania. Alors qu'il vient de relancer brutalement la guerre commerciale avec la Chine, le milliardaire pourrait peser lourd sur ce G7, comme il l'avait fait l'an dernier en dénonçant le communiqué commun après son départ du Canada. A la Maison-Blanche, avant d'embarquer dans son hélicoptère, Donald Trump a répété son hostilité à la «taxe GAFA», votée en juillet. «Je n'aime pas ce que la France a fait», a-t-il lancé selon l'AFP. «Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C'est très injuste.» Il a répété qu'il était prêt à sanctionner les vins français : «S'ils le font, nous imposerons des tarifs douaniers sur leurs vins», a-t-il ajouté. «Des tarifs douaniers comme ils n'en ont jamais vu», a-t-il insisté, tout ajoutant qu'il avait de «très bonnes relations» avec son homologue français Emmanuel Macron.