Il leur demande aussi d'observer "le maximum de retenue", de préserver les civils et de laisser un accès sans entrave pour l'acheminement de l'aide humanitaire. Le secrétaire général a fait également part de ses craintes face à la possible remise en liberté de combattants du groupe jihadiste Etat islamique.

Lundi, les troupes de Damas se rapprochaient de la frontière avec la Turquie, au lendemain de l’annonce d’un accord par les Kurdes, contraints de se tourner vers le régime pour contenir l’offensive des forces turques dans le nord de la Syrie.