L'opacité avec laquelle le gouvernement Tshilombo-Alias Kabila traite le crash de l'Antonov 72, ne peut qu'alimenter des rumeurs dans tout le Congo.